Nouveau rapport : le groupe de pression politique Avaaz, financé par George Soros, veut purger YouTube des climatosceptiques

0
Les «grands médias indépendants» s’engagent dans une campagne à motivation politique pour forcer YouTube à démonétiser et à cacher toute vidéo qui nie le réchauffement climatique. Publié sur le site web d’Avaaz, le groupe à but non lucratif de gauche a publié le 16 janvier un rapport qui affirme que YouTube tire profit de la diffusion d’informations erronées à des millions de personnes en accordant trop d’importance aux vidéos niant le «réchauffement climatique».

 

Le rapport est une campagne d’intimidation non déguisée, car non seulement il dresse la liste des principaux annonceurs qui diffusent des publicités sur des vidéos qui remettent en question la légitimité de la menace que le «réchauffement climatique» représente pour l’humanité, mais il leur demande explicitement de faire pression sur la plateforme afin de mettre un terme à la soi-disant «désinformation».

Malgré les conclusions publiées hier encore, de nombreux sites grand public ont publié peu de temps après de longs articles contenant des citations de ceux qui ont travaillé sur le rapport. Les délais suggérant que certains sites web ont été consultés en avance, ce qui permet de savoir clairement quel est l’ordre du jour, d’autant plus qu’ils présentent tous les mêmes sujets de discussion. Vice, Time, Gizmodo, The Verge et d’innombrables autres organismes de presse veulent que YouTube punisse les créateurs qui ne suivent pas la ligne idéologique «correcte». L’objectif est de démonétiser, et donc de censurer, ces individus car ils seront moins enclins à travailler sur des contenus dont ils ne pourront pas tirer profit.

Nell Greenburg, directrice de campagne chez Avaaz, affirme que le rapport ne vise pas à supprimer le contenu, mais cela contredit le message du rapport lui-même. Il y a une tentative évidente de cacher le contenu, car le rapport remet en question la promotion de ces vidéos dans la case «up next» du site. C’est de la sémantique à ce stade, mais cacher des vidéos ferait du tort aux créateurs et les dissuaderait même d’essayer de partager leurs pensées. C’est une façon indirecte de supprimer les «mauvaises pensées».

YouTube a déjà remis en question la méthodologie du rapport, mais, étant donné que les médias et les puissants groupes d’activistes ciblent des annonceurs tels que Nintendo, Red Bull, Uber et Warner Bros, on peut supposer sans risque que le géant de la plateforme cédera à leurs exigences si jamais leurs résultats sont affectés. Après tout, nous sommes à moins d’un an de la guerre de Vox Media contre Google et de son «adpocalypse» subséquente.

Samsung a déjà contacté l’entreprise pour «résoudre le problème actuel et empêcher qu’il ne se reproduise à l’avenir». Mais cette fois, l’échelle pourrait changer, car ce ne sont pas seulement les créateurs indépendants qui se trouvent dans la ligne de mire, mais aussi Fox News et d’autres médias de droite, étant donné qu’ils ont eux aussi des contenus sur YouTube qui remettent en question la validité du réchauffement climatique.

Que les médias mainstream soient d’accord avec cela en dit long, car de nombreux sites web ne sont pas en mesure de pousser une plateforme à limiter les contenus qu’ils jugent faux, surtout si l’on considère la nature unilatérale de leurs nombreuses gaffes.

Quant aux liens de George Soros avec Avaaz, bien que l’organisation prétende être principalement financée par ses membres à l’heure actuelle, son capital d’amorçage aurait été alloué par le réseau opaque de groupes du milliardaire George Soros, et diverses personnalités de son Open Society Foundation, comme l’ancien membre démocrate du Congrès Tom Periello, ont été parmi ses dirigeants. Des documents de 2010 ayant fait l’objet d’une fuite détaillent que la promotion des campagnes sur le réchauffement climatique a toujours été désignée comme une fonction principale d’Avaaz.

Cette situation soulève en fin de compte la question de savoir pourquoi quelqu’un, ou quelque chose, devrait avoir le pouvoir de dicter ce que les autres peuvent créer. Peu de choses sont encore gravées dans la pierre, et le contenu qui atterrit d’un côté du débat devrait être libre d’exister. Si un créateur réalise des vidéos que les gens regardent, son travail ne devrait pas être jeté à la poubelle simplement parce qu’un groupe d’activistes ayant des liens avec l’une des personnes les plus riches du monde et ses mandataires le dit. Ce n’est pas le rôle des milliardaires et de leurs projets favoris de jouer les baby-sitters.

 

( Note ExoPortail : Une petite digression mais c’est un bon complément sur le sujet, voici un très bon débunkage que j’ai fais sur Greta Thunberg et «Extinction Rebellion»: https://exoportail.com/le-mouvement-de-greta-thunberg-est-finance-par-de-riches-mecenes-dont-une-heritiere-dun-empire-petrolier/ et https://exoportail.com/enquete-les-liens-entre-le-mouvement-extinction-rebellion-greta-thunberg-lelite-mondialiste-et-gorge-soros/ )

Source : https://www.rt.com/op-ed/478563-soros-climate-change-youtube-censorship/https://secure.avaaz.org/campaign/en/youtube_climate_misinformation/https://www.ngo-monitor.org/reports/19/ et https://www.spectator.co.uk/2016/10/lefts-foreign-donors/

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 2 201 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.