Ne vous laissez pas tromper par l’«accord de paix» des USA entre les Émirats arabes unis et Israël

2
«Une énorme avancée aujourd’hui», a déclaré Donald Trump sur Twitter alors qu’il annonçait le nouvel accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis. L’accord fait des Émirats arabes unis le premier État arabe du Golfe et la troisième nation arabe, après l’Égypte et la Jordanie, à avoir des relations diplomatiques avec Israël. Mais le nouveau partenariat entre Israël et les Émirats arabes unis ne devrait tromper personne. Bien qu’il soit censé empêcher l’annexion de la Cisjordanie par Israël et encourager le tourisme et le commerce entre les deux pays, il ne s’agit en réalité que d’un plan visant à donner une approbation arabe au statu quo israélien en matière de vol de terres, de démolitions de maisons, d’exécutions extrajudiciaires arbitraires, de lois d’apartheid et d’autres abus des droits des Palestiniens.

 

L’accord doit être considéré dans le contexte de plus de trois ans de politiques de l’administration Trump qui ont renforcé l’emprise d’Israël sur les Palestiniens : déplacement de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem, reconnaissance du plateau du Golan comme territoire israélien et création d’un soi-disant plan de paix sans participation ni contribution des Palestiniens. Bien qu’aucune administration américaine n’ait réussi à négocier une résolution à l’occupation israélienne qui dure maintenant depuis 53 ans, les années d’occupation ont été particulièrement préjudiciables à la cause palestinienne. Le leader palestinien Hanan Ashrawi a écrit sur Twitter qu’avec cet accord, «Israël a été récompensé pour ne pas avoir déclaré ouvertement ce qu’il a fait à la Palestine illégalement et avec persistance depuis le début de l’occupation». En effet, avec Donald Trump à la barre et son gendre Jared Kushner comme stratège principal, même les concessions pour les Palestiniens ont été supprimées. Pour ajouter l’insulte à l’injure, alors que l’accord avait été formulé en termes d’engagement d’Israël à suspendre l’annexion des territoires palestiniens, dans sa conférence de presse israélienne annonçant l’accord, Netanyahu a déclaré que l’annexion était «toujours sur la table» et que c’était quelque chose qu’il «s’engageait à faire».

L’un des aspects les plus brutaux de cette période pour les Palestiniens a été la perte du soutien à leur cause dans les États arabes voisins. Le parti politique arabe en Israël, Balad, a déclaré qu’en signant ce pacte, «les Émirats arabes unis ont officiellement rejoint Israël contre la Palestine, et se sont placés dans le camp des ennemis du peuple palestinien».

Les Émirats arabes unis ont précédemment adopté une position conforme à l’opinion publique des pays du Golfe et du Moyen-Orient selon laquelle l’acceptation de relations diplomatiques officielles avec Israël ne devrait avoir lieu qu’en échange d’une paix juste et en accord avec le droit international. En juin dernier, l’ambassadeur des Émirats arabes unis aux États-Unis, Yousef al-Otaiba, a rédigé un article d’opinion dans le journal Yediot Ahronot, l’équivalent israélien de U.S.A Today, appelant directement en hébreu à ce qu’Israël n’annexe pas la Cisjordanie. Cependant, en élaborant un accord avec Trump et Netanyahu pour normaliser les relations, le pays est devenu le partenaire d’Israël pour consolider l’annexion de facto et l’apartheid en cours.

Le passage des Émirats arabes unis du soutien à la dignité et à la liberté des Palestiniens au soutien à l’occupation sans fin d’Israël est une décision calculée du prince héritier des Émirats arabes unis, Mohammed bin Zayed, un dictateur du Moyen-Orient rusé qui utilise les ressources militaires et financières de son pays pour contrecarrer les progrès vers la démocratie et le respect des droits de l’homme sous le couvert de la lutte contre le terrorisme islamique. Son soutien à Israël cimente ses relations avec l’administration Trump. Trump a déjà fait des efforts pour promouvoir des milliards de dollars de ventes d’armes aux Émirats arabes unis, malgré l’opposition du Congrès en raison du nombre élevé de victimes civiles liées à l’utilisation de ces armes au Yémen.

Le secrétaire Pompeo a également défendu les Émirats arabes unis contre des rapports crédibles selon lesquels des armes américaines vendues aux Émirats arabes unis ont été transférées au Yémen à des groupes liés à Al-Qaïda, aux milices salafistes extrémistes et aux séparatistes yéménites. Les Émirats arabes unis ont également été piqués par des révélations sur les prisons secrètes qu’ils ont exploitées au Yémen, où les prisonniers étaient soumis à des formes horribles de torture, y compris «le grill», où les victimes étaient «attachées à une broche comme un rôti et filées dans un cercle de feu». En Libye, les Émirats arabes unis ont été critiqués pour avoir violé l’embargo sur les armes décrété par le Conseil de sécurité des Nations unies en 2011 en fournissant du matériel de combat à l’ALCA, le groupe armé commandé par le général Khalifa Haftar qui a un passé bien établi en matière de violations des droits de l’homme. Cet accord avec Israël donne donc aux Émirats arabes unis un vernis de respectabilité indispensable pour lui.

Mais il est impossible de comprendre l’impulsion de cet accord sans le replacer dans le contexte des hostilités en cours entre les trois pays et l’Iran. Suivant le vieil adage selon lequel «l’ennemi de mon ennemi est mon ami», ces dernières années, Israël a négocié avec divers États du Golfe, dont les Émirats arabes unis, afin de contrer l’influence croissante de l’Iran dans la région. Comme l’affirme le communiqué annonçant l’accord israélo-émirien, les États-Unis, Israël et les Émirats arabes unis «partagent une vision similaire des menaces dans la région». Cela rejoint l’obsession anti-iranienne de Trump, qui comprend le retrait de l’accord nucléaire avec l’Iran et sa campagne de «pression maximale» destinée à forcer l’Iran à revenir à la table des négociations pour conclure un «meilleur accord». En annonçant le pacte Émirats arabes unis-Israël, Trump a déclaré avec une bravade ridicule que s’il gagne les élections, il aura un nouvel accord avec l’Iran dans les 30 jours. Quiconque croit cela doit être presque aussi délirant que Trump.

Le fait que cet accord entre deux pays du Moyen-Orient ait été annoncé pour la première fois à des milliers de kilomètres de là, à Washington DC, montre à quel point il s’agit plus de soutenir la campagne électorale de Trump, qui est en perte de vitesse, et d’améliorer l’image de Netanyahou en Israël que d’apporter la paix au Moyen-Orient. Cela montre également que Nétanyahou et bin Zayed ont intérêt à ce que M. Trump remporte un second mandat à la Maison Blanche. Au lieu de souligner le vide du pacte, la réponse de Joe Biden a évidemment été de féliciter Israël et les Émirats arabes unis :

«J’ai personnellement passé du temps avec les dirigeants d’Israël et des Émirats arabes unis pendant notre administration, pour plaider en faveur de la coopération et d’un engagement plus large», a-t-il déclaré. «Je me réjouis de l’annonce d’aujourd’hui.»

( Note ExoPortail : La réponse de Joe Biden est encore un très bon exemple de ce que j’essaie d’expliquer aux Trumpistes les plus religieux, à savoir pour le jeu de polarisation artificiel entre la gauche politique et la droite politique, y’a pas de problème à jouer ce théâtre mais quand il s’agit d’actions importantes voulu par la Cabale là y’a une véritable union / synergie ! )

La normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et Israël, facilitée par les États-Unis, sert à soutenir trois dirigeants répressifs – Trump, Netanyahu et bin Zayed – et causera davantage de tort aux Palestiniens. C’est à la fois une honte et une imposture.

 

Source : https://www.mintpressnews.com/dont-be-hoodwinked-by-trumps-uae-israel-peace-deal/270404/ et https://www.middleeasteye.net/news/israel-uae-reach-peace-agreement

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

 

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 822 autres abonnés

2 Commentaires

  1. Bonjour Jonathan,
    Si je comprends bien tu dis que Biden et Trump sont du côté de la cabale et qu’ils jouent un rôle d’affrontement sur le devant de la scène politique mais que par derrière ils sont ok ensemble.
    Trump a pourtant dit clairement qu’il se battait contre la cabale / deep state. Cela ne pourrait-il pas être encore une ruse de la part de Trump de faire croire que…
    Je ne suis pas spécialement pro Trump, je m’interroge juste.
    Merci de tes éclaircissements!
    Lilith

    • Trump est notre mélanchon à nous. Il te dit tout sourire qu’il se bat contre le méchant état profond démocrate ( déjà une fumisterie car l’état profond est partout pas que chez les démocrates…) mais par derrière 95 % de ses ACTIONS sont alignés sur la volonté de la Cabale. Cette polarisation artificielle entre les démocrates et républicains est un leurre.

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.