Mise au point sur la Ghouta orientale : La dernière poche de Terroriste en Syrie

0

Où en est la reconquête de la Ghouta menée par l’armée syrienne ?

Grâce à de nouveaux renforts, l’armée syrienne poursuit son avancée dans la Ghouta, où les groupes djihadistes continuent d’empêcher les civils de fuir. Afin de libérer totalement la zone, Damas s’apprête à lancer plusieurs offensives.

Alors qu’elle annonce avoir repris le contrôle de 40% de la Ghouta, l’armée syrienne poursuit toujours son offensive contre les groupes djihadistes Fatah al-Cham (anciennement Front al-Nosra), Faylaq al-Rahmane (Légion du Tout miséricordieux), et Jaïch al-Islam (L’Armée de l’islam) ainsi que le groupe rebelle salafiste Ahrar al-Cham al-Islamyya (Mouvement islamique des hommes libres du Cham).

Pour l’heure, l’objectif de Damas est de couper la Ghouta en deux, au niveau des localités de Mesraba et Beit Sawa, afin d’isoler les combattants de Jaïch al-Islam, présents au nord de l’enclave, à Douma, de ceux du Front al-Nosra et Faylaq al-Rahmane présents dans le sud, à Kafr Batna. Pour ce faire, plusieurs unités militaires se sont regroupées au niveau des champs d’Alab, au centre de la Ghouta, pour lancer les prochaines offensives.

Carte de la Ghouta

Région située en lisière de Damas, la Ghouta constitue le dernier bastion islamiste dans cette région. Un territoire d’où les différents groupes armés tirent au mortier de façon récurrente sur la capitale syrienne, causant de nombreuses victimes civiles. Le 18 février, l’armée syrienne a décidé de lancer une offensive de grande envergure pour y mettre fin. Une fois n’est pas coutume, le collectif de reporters syriens pro-Damas Muraselon et l’organisation controversée de l’OSDH relaient tous deux la progression de l’armée syrienne dans son entreprise de reconquête de la Ghouta.

Des bus et des ambulances destinés à transporter les civils sont positionnés près du couloir humanitaire de la Ghouta orientale

La libération de la Ghouta orientale n’est désormais qu’une question de jours.

Les commandants en chef présents sur les champs de bataille ne donneront le signal pour l’ultime bataille qu’une fois qu’ils seront à cent pour cent sûrs et certains de l’évacuation de tous les civils piégés dans l’enclave via les couloirs humanitaires prévus à cet effet.

L’heure est proche : la Ghouta orientale, dans la périphérie est de Damas, sera définitivement arrachée des mains des terroristes armés qui y sont retranchés, apprend-on de la télévision officielle syrienne.

La reconquête du secteur n’attend que l’ordre des commandants militaires, dont le plus grand souci est d’assurer la sécurité des civils qui traversent les corridors humanitaires, a souligné le correspondant de SANA.

Par différentes opérations tactiques, l’armée syrienne tente désormais de sécuriser la traversée des zones de conflits des civils vers les zones sous contrôle du gouvernement syrien.

La possibilité d’évacuer un grand nombre de personnes existe toujours, mais la question est celle de savoir si les terroristes vont, oui ou non, mettre des bâtons dans les roues du processus d’évacuation.

« L’évacuation via le corridor humanitaire entre Jesrin et le village d’al-Maliha des civils venant des quartiers sud de la Ghouta orientale est suspendue », indique le rapport, car les terroristes ont délibérément planté des mines et des bombes sur la route Jersin-Ghizah pour empêcher la population de sortir de l’enclave.

SANA a également annoncé que les groupes armés terroristes ont tué ce dimanche des civils, dont une femme et trois enfants qui tentaient de fuir vers la banlieue sud.

Ambassadeur russe à l’ONU : les terroristes d’al-Nosra ont fait usage d’armes chimiques à la Ghouta

L’ambassadeur russe à l’ONU a accusé les terroristes d’al-Nosra d’avoir mené des attaques chimiques à la Ghouta. Le même jour, l’armée syrienne a découvert un laboratoire de fabrication d’armes chimiques, dans une zone reprise aux djihadistes.

La Russie a formellement accusé les combattants du Fatah al-Cham (ex-Front al-Nosra, branche locale d’al-Qaïda), opposés à Damas, d’avoir fait usage de gaz chimiques dans l’enclave de la Ghouta, près de la capitale syrienne.

«Selon les informations dont nous disposons, des militants d’al-Nosra ont utilisé une substance chlorée dans la Ghouta orientale, blessant 30 civils», a affirmé ce 12 mars l’ambassadeur russe auprès des Nations unies, Vassili Nebenzia.


«La banlieue de Damas ne peut rester un foyer de terroristes [et] servir pour des attaques continuelles de la part de terroristes dans le but de compromettre la cessation des hostilités», a-t-il martelé. Le représentant russe a en outre rappelé que l’opération de reconquête militaire menée par l’armée syrienne ne violait en aucune manière les résolutions des Nations unies. Et en particulier la résolution 2401, votée le 24 février, sur l’instauration d’un cessez-le-feu humanitaire, autorisant toutefois de continuer le combat contre les groupes terroristes Etat islamique et al-Qaïda et les personnalités et entités leur étant associées.

Selon Vassili Nebenzia, les groupes armés antigouvernementaux continuent d’attaquer hôpitaux et structures civiles. «Depuis le vote de la résolution [2401], plus d’une centaine de personnes [civiles] sont mortes», a-t-il précisé.

Ce même jour, un laboratoire clandestin de fabrication d’armes chimiques a été retrouvé dans une zone de la Ghouta libérée des groupes djihadistes, par l’armée syrienne. Damas soupçonne les rebelles de vouloir mener des attaques chimiques pour l’en accuser.

Boucliers humains :

Alors que l’armée syrienne a reconquis près de la moitié de la région de la Ghouta, mi-urbaine, mi-agricole, plusieurs éléments laissent penser que les combattants des groupes islamistes tentent de retenir les civils afin de s’en servir comme boucliers humains.

Le 23 février dernier, les groupes rebelles eux-mêmes avaient rejeté un plan d’évacuation des civils de la Ghouta, au motif qu’un déplacement de population constituait à leur yeux rien de moins qu’un «crime de guerre». Selon Vladimir Zolotoukhine, porte-parole du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, une partie de la population, piégée dans l’enclave de la Ghouta, tente de s’organiser afin de contrecarrer le blocus que leur imposent les groupes djihadistes. «Il existe des preuves que certains civils s’unissent en petits groupes et s’arment dans le but de briser le blocus des combattants afin de rejoindre les territoires contrôlés par le gouvernement», a-t-il déclaré le 2 mars aux journalistes. RT dispose du témoignage de deux enfants, qui rapportent qu’ils ont essuyé des tirs rebelles alors qu’il fuyaient de la Ghouta.

Tenue par le Fatah al-Cham (anciennement Front al-Nosra) et ses affiliés Tahrir al-Cham, Faylaq al-Rahmane (Légion du Tout miséricordieux), Jaïch al-Islam (L’Armée de l’islam), ainsi que le groupe rebelle salafiste Ahrar al-Cham al-Islamyya (Mouvement islamique des hommes libres du Cham), la Ghouta est le dernier bastion islamiste dans la région de Damas. Un territoire d’où les différents groupes armés effectuent des bombardements récurrents sur la capitale syrienne, faisant de nombreuses victimes civiles. L’armée syrienne a lancé le 18 février une offensive de grande envergure pour y mettre fin.

Des armes de fabrication française auraient été découvertes dans la Ghouta orientale :

Un important entrepôt d’armes appartenant aux terroristes et contenant des armements de fabrication française aurait été découvert dans une région de la Ghouta orientale récemment libérée par les troupes gouvernementales syriennes, annonce ce lundi l’agence iranienne Fars.

Se référant à ses sources, l’agence iranienne Fars rapporte ce lundi qu’un important volume d’armes et de munitions, dont certaines de fabrication française, a été découvert par l’armée syrienne lors d’une opération de nettoyage lancée à Modira et Mesraba, dans la Ghouta orientale.

«Dimanche, l’armée de l’air syrienne a mené de nouveaux raids contre des bastions de terroristes dans la Ghouta orientale, détruisant un entrepôt d’armes du Front Al-Nosra* et ce avant le début de la trêve [humanitaire] quotidienne [instaurée] dans la région», précise en outre l’agence.

L’aviation syrienne a bombardé des positions d’Al-Nosra* dans la ville de Jesrine et en a détruit plusieurs, est-il encore indiqué.

Dans le même temps, des troupes terrestres ont été engagées dans de nouveaux affrontements avec des terroristes dans le sud de la Ghouta orientale, cette banlieue est de la capitale syrienne, instaurant leur contrôle sur une série de localités.

* Le Front al-Nosra est une organisation terroriste interdite en Russie.

Article construit par ExoPortail avec les sources suivantehttps://francais.rt.com/international/48577-armee-syrienne-poursuit-reconquete-ghouta / http://www.presstv.com/DetailFr/2018/03/11/555116/Syriela-Ghouta-orientale-bientt-libre / https://francais.rt.com/international/48649-ambassadeur-russe-onu-terroristes-al-nosra-armes-chimiques-ghouta / https://fr.sputniknews.com/international/201803121035469451-ghouta-depots-armes-fabrication-francaise/


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Merci.

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 709 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.