L’ONU confirme sa décision en faveur d’Assange

1

Les Nations unies ont rejeté tous les appels et ont confirmé leur décision visant à obliger la Suède et le Royaume-Uni à cesser de poursuivre Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks.

Les Nations unies ont rejeté un appel du Royaume-Uni contre sa précédente décision concernant Julian Assange. L’ONU confirme ainsi qu’elle demande à Londres et Stockholm de mettre fin à la « détention arbitraire » du fondateur de WikiLeaks.
Plus tôt cette année, l’ONU avait émis une résolution demandant au Royaume-Uni et à la Suède de prendre des mesures immédiates pour assurer la liberté du fondateur de WikiLeaks, afin de protéger ses droits fondamentaux.
Bien que le Royaume-Uni ait fait appel de cette décision à deux reprises, l’ONU a rejeté son deuxième appel mercredi en le qualifiant d’« inadmissible », a indiqué le site Justice for Assange, tout en soulignant que ce rejet signifie la fin des « tentatives de Londres de contrer la décision de l’ONU ».
« Maintenant que tous les appels sont rejetés, je m’attends à ce que le Royaume-Uni et la Suède remplissent leurs obligations internationales et me libèrent », a déclaré Julian Assange, en qualifiant sa détention « d’injustice évidente et grotesque ».

La récente évolution de l’affaire Assange a eu lieu lorsque l’ONU a chargé le Royaume-Uni et la Suède de « mettre immédiatement fin à la détention arbitraire de M. Assange et de lui accorder une compensation monétaire », a ajouté Justice for Assange en indiquant que la violation de ce jugement de l’Onu pourrait démolir le système des Nations unies de protection des droits de l’homme.

Julian Assange, âgé de 45 ans, se trouve dans l’ambassade équatorienne à Londres depuis 2012, craignant d’être arrêté par la police britannique et extradé par la suite en Suède, qui, à son tour, selon lui, l’extradera aux États-Unis. Une fois dans ce pays, il pourrait faire face à la peine de mort dans l’affaire des révélations de Wikileaks contenant des secrets d’État. En Suède, il fait face à plusieurs accusations dans une affaire de harcèlement sexuel contre deux femmes ouverte en 2010. Le 14 novembre, le fondateur de Wikileaks a fait une déclaration officielle concernant les accusations portées contre lui dans l’affaire du viol devant la procureure suédoise Ingrid Isgren, qui lui a rendu visite.

Note ExoPortail : Infos à peut être mettre en corrélation avec cet article.
Sur le papier Julien Assange pourraitr faire une promenade dans les rues de Londres sans être inquiété.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 6 126 autres abonnés

Partager l'article :

1 Commentaire

  1. « Maintenant que tous les appels sont rejetés, je m’attends à ce que le Royaume-Uni et la Suède remplissent leurs obligations internationales et me libèrent »

    Monsieur Assange, sauf votre respect, mais des ENTREPRISES enregistrées auprès de la SEC américaine (toutes les républiques et leurs institutions)n’ ont AUCUNE obligation internationale parce que justement elles NE sont PAS des nations mais des sociétés commerciales régies par le code commercial uniforme et que comme toute entreprise elles doivent se SOUMETTRE au droit international.
    Seules des nations souveraines ont des obligations internationales et sont de ce fait LEGITIMES car elles reconnaissent la souveraineté des peuples et leur droit à disposer d’eux-mêmes.
    Ce qui se passe pour monsieur Assange se passe pour chacun citoyen de ces entreprises (républiques):c’est du fait de notre mort civile que nous sommes traités comme des choses sans droit (diminutio capitis maxima).
    Un être humain est soumis au droit naturel (coutume) et ce droit naturel exige que tout être vivant (humains,animaux,végétaux) soient traités sur un pied d’égalité en tant que créatures divines.
    Et pour que cela puisse être mis en place, ce sont tous les humains qui doivent « ressusciter » pour sortir de la mort civile imposée par des commerçants qui ont aussi instauré le système esclavagiste de la dette et pour créer les conditions où nous vivrons en tant qu’êtres libres et souverains soumis à la loi divine (naturelle) qui n’ est ni la loi du plus fort ni celle de la jungle.

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.