Le monde «est plus proche» que jamais de l’interdiction des armes nucléaires

0

Note ExoPortail : De l’optimisme pragmatique, ça fait du bien.


Les menaces qu’échangent les dirigeants nord-coréen et américain ont sensibilisé le monde entier à la menace nucléaire et ont permis de faire un pas important vers leur interdiction, estime Rebecca Johnson, co-présidente de l’ICAN interrogée par Sputnik après que cette organisation a reçu le prix Nobel de la paix.

Le monde est plus proche que jamais de l’interdiction totale des armes nucléaires grâce notamment à l’adoption à l’été 2017 d’un projet de traité approprié, a déclaré à Sputnik Rebecca Johnson, co-présidente de l’ICAN, la Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaire, organisation qui a obtenu le prix Nobel de la Paix 2017.

«Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires est un pas important. Les armes nucléaires se sont développées pendant 70 ans, depuis leur première utilisation en 1945. On mettra du temps [pour interdire les armes nucléaires, ndlr], mais nous en sommes beaucoup plus proches [que jamais, ndlr]», a indiqué Mme Johnson.

Selon elle, la communauté internationale s’est rendue compte du danger que présentent ces armes depuis que les Présidents nord-coréen et américain, Kim Jong-un et Donald Trump, échangent des menaces «bizarres et dangereuses»  d’utiliser des armes nucléaires. Aucun des deux chefs d’État n’a l’air de vouloir céder comme cela est arrivé pendant la crise des missiles de Cuba en 1962.

Un tout premier projet de traité sur l’interdiction des armes nucléaires a été adopté à l’Onu le 7 juillet dernier, par 122 pays sur 192. Ouvert à la ratification le 20 septembre, le texte de dix pages entrera en vigueur si cinquante pays le signent. Le traité repose sur un argument moral : l’emploi de l’arme nucléaire aurait des «conséquences catastrophiques sur le plan humanitaire». Ses auteurs espèrent obtenir l’interdiction des armes nucléaires au niveau international tout comme cela a déjà été fait pour les armes biologiques en 1972 et les armes chimiques en 1993.

«Ce traité est un pas en avant […] parce qu’il dit que les armes nucléaires sont immorales et illégales et que celui qui menace d’utiliser des armes nucléaires ou les emploie, doit être traduit en justice à La Haye pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, quelque puissant qu’il soit», a noté Rebecca Johnson.

Sourcehttps://fr.sputniknews.com/international/201710091033393413-armes-nucleaires-ican-exclusif-johnson/

Donnez votre Avis :)