Le gouvernement indien lancera une carte de santé numérique obligatoire sur le concept Bill Gates

1
Le gouvernement indien prévoit de lancer une carte de santé numérique obligatoire sur le modèle du concept de Bill Gates. Dans le cadre du programme «One Nation One Health Card», les antécédents médicaux d’une personne, y compris tous les traitements et tests qu’elle a subis, seront enregistrés numériquement sur cette carte. Les hôpitaux, les cliniques et les médecins seront tous reliés à un serveur central. L’objectif est de cartographier les dossiers médicaux de chaque citoyen du pays dans un format numérique.

 

Carte de santé «One Nation» :

Après le programme «One Nation One Ration Card», le gouvernement se prépare maintenant à mettre en place le programme «One Nation One Health Card». Le Premier ministre Narendra Modi devrait faire cette annonce le 15 août, lors des célébrations du Jour de l’Indépendance, a rapporté le journal DNA.

Dans le cadre du programme «Une nation, une carte de santé», les antécédents médicaux d’une personne, y compris tous les traitements et tests qu’elle a subis, seront enregistrés numériquement sur cette carte.

Les hôpitaux, les cliniques et les médecins seront tous reliés à un serveur central. L’objectif est de cartographier les dossiers médicaux de chaque citoyen du pays dans un format numérique. Bien qu’il soit affirmé que «les hôpitaux et les citoyens sont entièrement libres d’opter ou non pour le système «One Nation One Health Card».

Une carte d’identité unique sera délivrée à chaque citoyen qui opte pour cette carte, grâce à laquelle il pourra se connecter au système. La carte de santé sera fabriquée sur le modèle de la carte Aaadhar, à rapportée le journal ADN.

Le programme sera mis en œuvre de manière progressive. Un budget de 500 Rs crore (équivalent à 5 milliards) a été alloué pour la première phase du plan. Selon le journal ADN, «le champ d’application du programme « Une nation, une carte de santé » sera progressivement étendu afin que non seulement les cliniques et les hôpitaux, mais aussi les magasins de produits médicaux et les compagnies d’assurance médicale puissent rester connectés au serveur grâce à ce programme».

 

Plan national de santé numérique :

Bien que le rapport du journal DNA n’ait pas révélé plus de détails sur le projet, le gouvernement central a publié l’année dernière le «plan» du projet de création d’un empire des données sanitaires en Inde. Le ministre de la santé et du bien-être familial, le Dr Harsh Vardhan, a dévoilé le «Plan national de santé numérique», déclarant qu’il «prêtait serment de réaliser un nouveau rêve«, celui d’un écosystème de soins de santé numérisés.

Le fondement principal du plan est un identifiant unique de santé pour les citoyens, avec Aadhaar comme clé d’identification. Le NHS, qui est une proposition de l’INTI Aayog pour 2018, a été développé en consultation avec iSPIRT – une organisation de «volontaires» du secteur privé, dont certains ont également participé à la construction de l’infrastructure Aadhaar et à la gestion des opérations qui en tirent parti.

Bien que le gouvernement ait avancé dans la vente de millions de cartes, lancé un appel d’offres pour un système national de reconnaissance faciale et adopté l’amendement Aadhaar, le projet de loi sur la technologie de l’ADN et maintenant la carte de santé numérique, il n’a pas encore déposé le projet de loi sur la protection des données.

 

Groupe de pression iSPIRT :

Les chercheurs et les militants du secteur des données ont toutefois exprimé des inquiétudes quant à l’élaboration de cette politique, qui propose une mise en place de données sur la santé sur une base d’India Stack – un ensemble d’applications logicielles propriétaires privées.

«La carte de santé a été proposée par le groupe de pression iSPIRT», a déclaré Srinivas Kodali, un chercheur indépendant de The Quint.

IndiaStack est un ensemble d’API qui permet aux gouvernements, aux entreprises, aux start-ups et aux développeurs d’utiliser l’infrastructure Aadhaar pour des entreprises comme eKYC et les paiements numériques UPI.

«En fait, il a été constaté que NITI Aayog envoyait par e-mail tous les documents de consultation à iSPIRT alors qu’ils ne les plaçaient pas dans le domaine public. Le plan directeur semble donner plus de légitimité aux piles, qui ont été critiquées», a ajouté M. Kodali.

 

Le projet de surveillance COVID-19 de l’OMS en Inde :

Simultanément, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé un projet de surveillance COVID-19 en Inde en partenariat avec le ministère de la santé et du bien-être familial. Les données recueillies par la surveillance à grande échelle seront utilisées pour élaborer les futures stratégies indiennes de confinement en Inde.

Bien que les «futures stratégies de confinement» qui seront mises en œuvre par le responsable de l’OMS en Inde n’aient pas été révélées, des projets similaires de l’agence et d’organisations connexes mis en œuvre ailleurs nous donnent une idée claire de la direction que prend l’Inde.

 

Identité numérique basée sur la vaccination :

Un programme d’identité numérique basé sur la vaccination, Trust Stamp, financé par Bill Gates et mis en œuvre par Mastercard et GAVI, reliera bientôt votre identité numérique biométrique à vos dossiers de vaccination. Le programme dit «évolutif» s’inscrit dans le cadre de la guerre mondiale contre le cash et peut être utilisé à la fois à des fins de surveillance et de «police prédictive» en fonction de votre historique de vaccination. Les personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner peuvent être exclues du système en fonction de leur score de confiance.

Ce programme de bien-être impliquant GAVI, Mastercard et Trust Stamp va bientôt être testé en Afrique de l’Ouest. Un programme similaire a également été lancé au Royaume-Uni. Le gouvernement britannique déploie le COVI PASS – Biometric RFID enabled Coronavirus Digital Health Passports pour surveiller presque tous les aspects de la vie des citoyens au nom du renforcement de la gestion de la santé publique par un technicien de grade militaire.

Les gouvernements souverains sont soumis à une pression énorme pour mettre en œuvre de telles politiques dictées par les agences mondiales. Récemment, la Biélorussie a exposé les conditions posées par ces agences pour l’octroi de prêts pour COVID-19. Le président de la Biélorussie a révélé que l’aide de la Banque mondiale pour le coronavirus est assortie de conditions permettant d’imposer des mesures de confinement extrêmes, de modeler leur réponse au coronavirus sur celle de l’Italie et même de modifier les politiques économiques qu’il a refusées comme étant «inacceptables».

 

Source : https://greatgameindia.com/india-digital-health-card/https://www.thequint.com/tech-and-auto/national-digital-health-blueprint-ministry-of-health-and-family-welfare-dr-harsh-vardhan-health-data et https://www.dnaindia.com/india/report-one-nation-one-health-card-to-be-reality-soon-pm-modi-likely-to-make-announcement-on-august-15-2836482

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 425 autres abonnés

Partager l'article :

1 Commentaire

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.