Le CDC admet enfin que 94 % des décès «COVID-19» peuvent résulter d’autres causes

3
Selon les Centers for Disease Control (CDC), parmi tous les décès qui ont été étiquetés comme des décès COVID-19 aux États-Unis jusqu’à présent, pour 6 % d’entre eux «COVID-19 était la seule cause mentionnée» et pour 94 % des décès, il y avait d’autres causes et conditions en plus de COVID-19. Le CDC déclare que «pour les décès dont les conditions ou les causes s’ajoutent à COVID-19, il y avait en moyenne 2,6 conditions ou causes supplémentaires par décès».

 

Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que pour la majorité des décès qui ont été attribués à COVID-19, le nouveau virus peut ne pas avoir été la cause du décès, il peut avoir contribué aux décès, ou du moins il est soupçonné de l’avoir fait, mais cela reste flou car aucune déclaration n’est donnée. Cela ne signifie pas que ces 94% ne sont pas morts de COVID19 ou que le COVID19 n’a pas contribué à leur décès. Il est bien connu que les personnes souffrant de comorbidités sont beaucoup plus sensibles et les statistiques du CDC vont dans ce sens.

Il y a également eu de nombreuses déclarations sur Internet selon lesquelles des personnes décédées dans des accidents de voiture ou d’autres causes ont été marquées comme étant décédées du Covid19 si leur test était positif, mais je n’ai pas pu étayer cette information.

Nous l’avons constaté dès le début de la pandémie. Par exemple, une étude publiée en Italie montre que 99 % des personnes qui étaient mortes jusqu’à présent du COVID 19 au moment de l’étude avaient des conditions médicales antérieures qui les rendaient plus susceptibles de mourir.

Il est important de noter que c’est quelque chose de nouveau, par exemple, nous ne voyons pas les personnes qui meurent d’une crise cardiaque testées pour voir si elles ont la grippe. Ce qui se passe ici, c’est que si une personne meurt d’une crise cardiaque mais qu’elle est testée positive au COVID-19, cela est également marqué comme un décès du Covid19. On ne sait toujours pas si cette maladie a contribué à ces décès.

Les autorités sanitaires du monde entier ont fait des déclarations révélatrices qui semblent avoir souligné que certains décès qui ne sont manifestement pas dus à la maladie coeliaque, mais à autre chose, ont également été marqués comme des décès dus à la maladie coeliaque si le patient était positif. C’est un thème commun à toute la pandémie.

Par exemple, le Dr Ngozi Ezike, directeur du département de la santé publique de l’Illinois, a récemment déclaré que, même s’il est clair que l’un d’entre eux est mort d’une autre cause, son décès sera tout de même considéré comme un décès dû au COVID19.

Si vous étiez à la maison de retraite et qu’on vous avait déjà donné quelques semaines à vivre et qu’ensuite on vous a également diagnostiqué comme ayant une COVID, cela serait compté comme un décès COVID, bien que si vous êtes mort d’une cause alternative évidente, cela est toujours inscrit comme un décès COVID. Ainsi, toute personne dont le décès est répertorié comme un décès COVID ne signifie pas que c’est la cause du décès, mais qu’elle avait une COVID au moment du décès. (source)

Un autre exemple nous vient de Toronto, Ontario, Canada. Le service de santé publique de Toronto a tweeté fin juin que «les personnes qui sont mortes avec COVID-19, mais pas à cause de COVID-19, sont incluses dans le décompte des cas de décès par COVID-19 à Toronto». (source)

Le ministère de la santé publique et de l’environnement du Colorado a annoncé un changement dans la façon dont il comptabilise les décès dus aux coronavirus, après avoir reçu des plaintes pour avoir gonflé les chiffres. Le représentant Mark Baisley, a demandé au 18e procureur judiciaire George Brauchler d’enquêter pour savoir si le ministère de la santé publique et de l’environnement du Colorado (CDPHE) avait enfreint la loi en classant plusieurs décès dans un établissement pour personnes âgées du Centenaire comme des décès dus à des coronavirus alors qu’ils n’en étaient pas réellement la conséquence. En conséquence, un changement dans la façon de classer les décès a eu lieu.

Vittorio Sgarbi, politicien italien, maire de Sutri, a fait un discours émouvant lors d’une audience le 24 avril où il a souligné que le nombre de décès en Italie dus au COVID-19 est complètement faux et que l’on ment à la population. Il a déclaré qu’il pensait que les gouvernements faisaient cela pour exercer un plus grand contrôle sur la population. Ce sentiment fait écho à la pensée de nombreuses personnes notables, comme le Dr Ron Paul par exemple, et aussi le dénonciateur de la NSA, Edward Snowden.

Il est également important de mentionner les recherches et les opinions de nombreux experts de la santé qui ont souligné que le taux de létalité de COVID-19 est très similaire à celui d’une grippe grave. Par exemple, Ronald B. Brown, docteur de l’Université de Waterloo en Ontario, au Canada, déclare, sur la base de ses recherches, que le taux de létalité du coronavirus qui nous a été donné représente «la pire erreur de calcul de l’histoire de l’humanité».

Le Dr Brown a ajouté que les documents des CDC et de l’OMS montrent que le taux de létalité de la grippe était similaire à celui du coronavirus, ce qui implique que les mesures de confinement étaient inutiles. Son document se demande pourquoi la saison grippale 2017-2018 aux États-Unis n’a pas «reçu la même couverture médiatique intensive que COVID-19».

Les médecins pour le consentement éclairé (Physicians for Informed Consent, PIC) ont récemment publié un rapport intitulé «Les médecins pour le consentement éclairé (Physicians for Informed Consent, PIC) comparent COVID-19 aux périodes de grippe saisonnière et pandémique précédentes». Selon eux, le taux d’infection/de mortalité de COVID-19 est de 0,26%.

John P. A. Ioannidis, professeur de médecine et d’épidémiologie à l’université de Stanford, a déclaré que le taux de mortalité lié à l’infection est proche de 0 % pour les personnes de moins de 45 ans, expliquant que ce chiffre augmente de manière significative pour les personnes plus âgées, comme pour la plupart des autres virus respiratoires. En fait, une étude publiée il y a peu par plusieurs universitaires de la Stanford School of Medicine suggère que le COVID-19 a un taux de mortalité par infection similaire à celui de la grippe saisonnière.

Si tous les décès attribués à la COVID-19 qui n’en sont pas la conséquence sont inclus dans ces calculs, et si les taux d’infection sont beaucoup plus élevés que ne le disent les chiffres, ce qui semble être le consensus général dans la communauté scientifique, cela rendrait le taux de mortalité par infection encore plus bas que les chiffres ci-dessus.

C’est l’une des nombreuses raisons pour lesquelles tant de médecins et de scientifiques du monde entier ont souligné dès le début que les mesures de confinement et de plus en plus de mesures totalement inutiles, nocives et n’ont pas vraiment de sens. Par exemple, plus de 500 médecins et scientifiques allemands se sont engagés en tant que représentants d’une organisation appelée «Commission d’enquête extra-parlementaire Corona» pour faire exactement cela. Vous pouvez en savoir plus sur cette histoire ici.

Le Dr Sucharit Bhakdi, spécialiste en microbiologie et l’un des chercheurs scientifiques les plus cités de l’histoire allemande, fait également partie de la commission d’enquête extra-parlementaire Corona mentionnée ci-dessus et a également exprimé la même chose, à plusieurs reprises au début de la pandémie jusqu’à aujourd’hui.

«La mise en œuvre des mesures draconiennes actuelles qui sont si restrictives des droits fondamentaux ne peut être justifiée que s’il y a lieu de craindre qu’un virus véritablement, exceptionnellement dangereux, nous menace. Existe-t-il des données scientifiquement solides pour étayer cette affirmation concernant le COVID-19 ? J’affirme que la réponse est simplement non.» (source)

 

Pourquoi c’est important :

Ce type d’information est important parce qu’il ne s’agit que de ça, d’information. Ce qui la rend encore plus importante, c’est que les milliers de scientifiques et de médecins qui, dans le monde entier, partagent des opinions, des recherches et des données qui semblent contredire ce qui nous a été donné par des organisations comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sont fortement censurés, et dans certains cas ridiculisés. Une grande partie des informations présentées dans cet article n’est jamais vraiment présentée par les grands médias, et par conséquent, les masses sont généralement diffusées avec une perception unilatérale alors que ces mêmes réseaux se contentent de ridiculiser et de qualifier de «théorie de la conspiration» toute information contraire qui menace leur récit.

Il y a beaucoup d’informations sur COVID-19, et beaucoup de choses qui prêtent à confusion et semblent se contredire. Il peut être difficile de savoir exactement ce qui se passe, mais une chose est sûre, les informations provenant de sources crédibles et distinctes des agences gouvernementales de régulation de la santé et des grandes organisations de santé ne doivent pas être censurées et ridiculisées, mais plutôt discutées et partagées de manière ouverte et transparente.

Nous vivons dans un monde où les grands intérêts dominent la politique et la science, ce qui constitue une autre raison importante pour laquelle les discussions ne devraient jamais être censurées.

 

Conclusion :

Cette prise de conscience publique de ce qui se passe dans les coulisses de notre monde est un processus puissant et primordial dans l’évolution globale de la conscience de l’humanité. Alors que nous exposons et éliminons un monde construit sur la séparation, les conflits et l’ego, nous nous éveillons à une conscience qui souhaite créer un monde d’unité, de connexion, et un monde où toute vie peut s’épanouir.

Comprendre ce qui se passe ici, ou du moins essayer de le faire par le biais d’un processus de réflexion critique et de questionnement, fait partie du processus. Dans un monde idéal, il y aurait une transparence totale de toutes les questions, mais aujourd’hui, nous avons un «contrôleur de faits» numérique autoritaire qui semble patrouiller sur Internet pour dire aux gens ce qui est et ce qui n’est pas au lieu de leur permettre de se faire leur propre opinion. Vous n’êtes pas stupide, et vous avez la capacité de penser par vous-même ! N’oubliez jamais cela.

 

Source : https://www.collective-evolution.com/2020/08/30/cdc-admits-that-94-percent-of-covid-19-deaths-had-other-causes-conditions/ et https://www.cdc.gov/nchs/nvss/vsrr/covid_weekly/index.htm?fbclid=IwAR3-wrg3tTKK5-9tOHPGAHWFVO3DfslkJ0KsDEPQpWmPbKtp6EsoVV2Qs1Q

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 425 autres abonnés

Partager l'article :

3 Commentaires

  1. A la suite du partage sur Facebook de votre article du 31 août , 2020 :  » LE C D C admet enfin que 94% de décès du COVID – 19…… » —- Voici la réponse de Facebook :

     » Votre publication contient des fausses informations
    Les médiats de vérification indépendantes Les décodeurs du Mondes ont indiqué que les informations, de votre publication étaient partiellement erronées. Pour empêcher la diffusion de fausses informations, nous avons ajouté un avertissement à votre publication.

    Vous pouvez consulter les autres rapports des médias de vérification indépendant qui étudient les cas de fausses informations sur Facebook

    LES DECODEURS DU MONDE MEDIA de vérification FAUX: 100% sont des morts COVID — 19 ; dont 6% sans comorbidités.
    Le président américain a partagé sur son compte Twiter une interprétation erroné de la  »

    Tous les médias de la vérification qui travaillent sur Facebook doivent être signataire du réseau international de vérification et suivre son code de principes.

    Découvrez comment Facebook travaille avec les médias de vérification indépendants pour arrêter la divulgation de fausses informations. Regardez la vidéo dans les pages d’aides. « 

    • Bonjour oui j’ai vu cela mais parmi les publications « incriminées » dans l’article des « Décodeurs » ma publication n’est pas cités déjà d’une part et ensuite ils parlent de comorbidités ce dont je parle aussi. Donc c’est juste de la censure gratuite car l’article se partageait beaucoup.

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.