La toile de l’argent américain : l’histoire inédite de l’aide américaine à Israël

0

Le 21 décembre, le Congrès américain a adopté le plan d’aide COVID-19, dans le cadre d’un projet de loi plus vaste de 2,3 billions de dollars destiné à couvrir les dépenses pour le reste de l’exercice fiscal. Comme d’habitude, les représentants américains ont alloué une somme massive d’argent pour Israël.

 

Alors que le chômage, et donc la pauvreté, aux États-Unis monte en flèche en raison des confinements répétés, les États-Unis ont jugé essentiel de fournir à Israël 3,3 milliards de dollars en «assistance à la sécurité» et 500 millions de dollars pour la coopération américano-israélienne en matière de défense antimissile : https://exoportail.com/decryptage-important-en-signant-le-projet-de-loi-de-relance-covid19-trump-prouve-quil-a-toujours-fait-partie-du-marais/

Bien qu’un maigre paiement de 2000 dollars pour aider les familles américaines en difficulté ait fait l’objet de plusieurs mois de débats intenses, les politiciens américains n’ont guère discuté des fonds importants versés à Israël, qui ne sont pas remboursés.

Le soutien à Israël est considéré comme une priorité bipartisane et a été perçu, pendant des décennies, comme le point le plus stable de l’agenda de la politique étrangère américaine. La simple question de savoir comment Israël utilise les fonds – si l’aide militaire est utilisée activement pour soutenir l’occupation illégale de la Palestine par Israël, financer les colonies juives, financer l’annexion de terres palestiniennes ou violer les droits de l’homme des Palestiniens – est un tabou majeur.

L’un des rares membres du Congrès à exiger que l’aide à Israël soit conditionnée au respect des droits de l’homme par ce pays est le sénateur démocrate Bernie Sanders, du Vermont, qui a également été l’un des principaux candidats à la présidence du Parti démocrate. «Nous ne pouvons pas donner carte blanche au gouvernement israélien … Nous avons le droit d’exiger le respect des droits de l’homme et de la démocratie», avait déclaré M. Sanders en octobre 2019.

Son rival démocrate, l’actuel président élu, Joe Biden, n’a pas tardé à répliquer : «L‘idée que je retire l’aide militaire d’Israël, comme d’autres l’ont suggéré, est bizarre», a-t-il déclaré.

Ce n’est un secret pour personne qu’Israël est le premier bénéficiaire de l’aide américaine depuis la Seconde Guerre mondiale. Selon les données fournies par le service de recherche du Congrès américain, Israël a reçu 146 milliards de dollars de l’argent des contribuables américains en novembre 2020.

De 1971 à 2007, une grande partie de ces fonds s’est avérée fondamentale pour aider Israël à établir une base économique solide. Depuis lors, la plupart des fonds ont été alloués à des fins militaires, y compris la sécurité de l’entreprise illégale de colonisation juive d’Israël.

Malgré la crise financière américaine de 2008, l’argent américain a continué à être acheminé vers Israël, dont l’économie a survécu à la récession mondiale, en grande partie indemne.

En 2016, les États-Unis ont promis encore plus d’argent. L’administration démocrate Barack Obama, qui est souvent – bien qu’à tort – considérée comme hostile à Israël, a augmenté de manière significative les fonds américains destinés à Israël. Dans un protocole d’accord de dix ans, Washington et Tel-Aviv ont conclu un accord par lequel les États-Unis ont accepté de donner à Israël 38 milliards de dollars d’aide militaire couvrant les exercices financiers 2019-2028. Il s’agit d’une augmentation considérable de 8 milliards de dollars par rapport à l’accord décennal précédent, qui a été conclu à la fin de 2018.

Les nouveaux fonds américains sont divisés en deux catégories : 33 milliards de dollars de subventions militaires étrangères et 5 milliards de dollars supplémentaires pour la défense antimissile.

La générosité américaine a longtemps été attribuée à l’influence inégalée des groupes pro-israéliens, au premier rang desquels le Comité américain des affaires publiques sur Israël (AIPAC). Ces quatre dernières années, cependant, ces groupes n’ont guère eu besoin de faire pression, car de puissants agents au sein de l’administration elle-même sont devenus les principaux défenseurs d’Israël.

Outre les «cadeaux politiques» apparemment illimités que l’administration Donald Trump a accordés à Israël ces dernières années, elle étudie actuellement les moyens d’accélérer le calendrier de distribution du reste des fonds américains, tel que déterminé par le dernier protocole d’accord, un montant qui s’élève actuellement à 26,4 milliards de dollars. Selon des documents officiels du Congrès, les États-Unis «pourraient également approuver des ventes supplémentaires de F-35 à Israël et accélérer la livraison de KC-46A, avion de ravitaillement et de transport, à Israël».

Ce ne sont pas tous les fonds et les avantages qu’Israël reçoit. Beaucoup d’autres sont passés SOUS SILENCE, car ils sont canalisés soit indirectement, soit simplement promus sous le titre souple de «coopération».

Par exemple, entre 1973 et 1991, une somme massive de 460 millions de dollars américains a été allouée à la réinstallation des Juifs en Israël. Nombre de ces nouveaux immigrants sont aujourd’hui les mêmes militants israéliens qui occupent les colonies illégales de Cisjordanie. Dans ce cas particulier, l’argent est versé à une organisation caritative privée connue sous le nom de «United Israel Appeal» qui, à son tour, donne l’argent à l’Agence juive. Cette dernière a joué un rôle central dans la fondation d’Israël sur les ruines des villes et villages palestiniens en 1948.

Sous le couvert de dons caritatifs, des dizaines de millions de dollars sont régulièrement envoyés en Israël sous la forme de «dons déductibles des impôts pour la colonisation juive en Cisjordanie et à Jérusalem-Est», rapporte le New York Times. Une grande partie de cet argent, faussement présenté comme des dons à des fins éducatives et religieuses, est souvent utilisé pour financer et acheter des logements pour les colons illégaux, «ainsi que des chiens de garde, des gilets pare-balles, des lunettes de tir et des véhicules pour sécuriser les avant-postes (juifs illégaux) au fin fond des zones occupées (palestiniennes)».

Bien souvent, l’argent américain finit dans les coffres du gouvernement israélien sous des prétextes trompeurs. Par exemple, le dernier plan de relance comprend 50 millions de dollars pour financer le fonds Nita M. Lowey du Partenariat pour la paix au Moyen-Orient, censé fournir des investissements dans «les échanges entre les peuples et la coopération économique … entre Israéliens et Palestiniens dans le but de soutenir une solution négociée et durable à deux États».

En fait, cet argent ne sert à rien de particulier, puisque Washington et Tel-Aviv s’efforcent d’assurer la disparition d’un accord de paix négocié et travaillent main dans la main pour tuer la solution à deux États, aujourd’hui disparue.

La liste est sans fin, bien que la plupart de cet argent ne soit pas inclus dans les programmes d’aide officiels des États-Unis à Israël, et qu’il fasse donc l’objet de peu d’attention, sans parler de la couverture médiatique.

En février 2019, les États-Unis ont retenu tous les fonds destinés à l’Autorité palestinienne en Cisjordanie, en plus de réduire l’aide à l’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA), la dernière ligne de soutien nécessaire pour fournir des services d’éducation et de santé de base à des millions de réfugiés palestiniens.

À en juger par son héritage de soutien continu à la machine militaire israélienne et à l’expansion coloniale en cours en Cisjordanie, Washington insiste pour être le principal bienfaiteur d’Israël – sinon son partenaire direct – tout en évitant complètement les Palestiniens. Attendre des États-Unis qu’ils jouent un rôle constructif dans la réalisation d’une paix juste en Palestine ne reflète pas seulement une naïveté indéfendable, mais aussi une ignorance délibérée.

 

 

Source : https://www.mintpressnews.com/the-american-money-tree-the-untold-story-of-us-aid-to-israel/273993/ et https://fas.org/sgp/crs/mideast/RL33222.pdf

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 517 autres abonnés

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.