La tambouille du jour ? La France va recommander une dose ARN après une première dose d’AstraZeneca

2

La Haute autorité de santé (HAS) va recommander vendredi que les Français âgés de moins de 55 ans s’étant vus administrer une première dose du vaccin contre le coronavirus produit par AstraZeneca reçoivent un vaccin ARN pour leur deuxième dose, a-t-on appris jeudi de deux personnes au fait du projet.

 

( Note ExoPortail : Vaccin d’Astrazenca qui vient d’ailleurs de changer de nom!: https://exoportail.com/le-vaccin-astrazeneca-change-detiquetage-demballage-de-nom-et-sappelle-desormais-vaxzevria-mais-le-vaccin-reste-le-meme/ )

Reuters a rapporté mercredi que la HAS étudiait cette possibilité, alors que l’Agence européenne des médicaments (EMA) avait fait état d’un possible lien entre le vaccin d’AstraZeneca et de très rares cas de caillots sanguins atypiques, même si le régulateur européen avait réaffirmé que la balance bénéfices-risques restait largement positive.

D’après les sources, la HAS a désormais opté pour cette solution. Deux vaccins ARN, celui de Pfizer-BioNTech et celui de Moderna, sont pour l’heure autorisés en France.

Aucun commentaire n’a été obtenu auprès d’une porte-parole de la HAS.

Si la plupart des pays européens ont repris l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca après l’avoir interrompue un temps, le mois dernier, par précaution, certains ont choisi d’encadrer l’âge des patients autorisés à recevoir ces doses.

La HAS a conseillé le 19 mars que l’usage du vaccin d’AstraZeneca soit réservé aux personnes âgées de 55 ans et plus.

 

Rappel ExoPortail :Les grandes entreprises pharmaceutiques seront exemptées de poursuites en justice pour responsabilité liée au vaccin COVID-19 dans la plupart des pays :

Un cadre supérieur d’AstraZeneca, le deuxième plus grand fabricant de médicaments de Grande-Bretagne, a déclaré à Reuters que sa société venait de se voir accorder une protection contre toute action en justice si le vaccin de la société entraînait des effets secondaires préjudiciables. Des responsables européens ont déclaré à Reuters que la responsabilité du fait des produits était une discussion importante pour obtenir de nouveaux vaccins de Pfizer, Sanofi et Johnson & Johnson. Quant aux États-Unis, eh bien, en ce qui concerne le cadre juridique relatif aux vaccins, la Food and Drug Administration (FDA) américaine dispose déjà d’une loi appelée «Public Readiness and Emergency Preparedness (PREP) Act», qui offre une immunité aux fabricants de vaccins si quelque chose tourne mal. AstraZeneca et de nombreuses grandes entreprises pharmaceutiques américaines ont mis les vaccins COVID-19 sur le marché à toute vitesse, les gouvernements leur accordant l’immunité si le vaccin a des effets secondaires, ce qui donne à penser que les élites des entreprises et les autorités de réglementation gouvernementales ont très peu confiance dans ces médicaments : https://exoportail.com/les-grandes-entreprises-pharmaceutiques-seront-exemptees-de-poursuites-en-justice-pour-responsabilite-liee-au-vaccin-covid-19-dans-la-plupart-des-pays/

 

Comment surseoir à la vaccination : comment défendre ses droits : 

Mais sommes-nous vraiment obligés de vacciner ? Certes, personne ne manquera de rappeler il y a des obligations vaccinales en France. Mais on oublie trop souvent que nous avons aussi des lois qui protègent nos libertés individuelles. Et elles sont en totale contradiction avec les lois d’obligation. D’un côté, des lois d’obligation, de l’autre, des lois garantissant vos libertés fondamentales. A la lecture de toutes les lois actuellement en vigueur, on voit bien qu’il y a un problème. La méconnaissance de ces lois nous pénalise au quotidien. Sans compter la propagande et la pression exercée sur les récalcitrants. Tout est fait pour convaincre, non pour s’interroger. La question demeure : Comment faire valoir ses droits ? Ce document propose de vous donner les clés pour y arriver. Plusieurs approches sont possibles. Et l’une n’exclue pas l’autre, beaucoup se complètent : https://exoportail.com/comment-surseoir-a-la-vaccination-comment-defendre-ses-droits/

 

Pour rappel j’avais publié une information qui n’a malheureusement pas eu assez d’écho il y a deux mois à savoir que sur le SITE MÊME de Moderna, ils comparent leur technologique d’ARNm à un «système d’exploitation» et à un «logiciel» : https://exoportail.com/urgent-moderna-compare-sa-technologique-darnm-a-un-systeme-dexploitation-et-a-un-logiciel/


Ajouts : La vaccination obligatoire est « nécessaire dans une société démocratique », juge la Cour européenne des droits de l’homme :

C’est un arrêt qui tombe en pleine campagne vaccinale contre le Covid-19 en Europe : la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) considère que la vaccination obligatoire est « nécessaire dans une société démocratique ». Elle avait été saisie par des parents d’enfants refusés par des écoles maternelles, faute d’avoir été vaccinés en République tchèque. La vaccination contre neuf maladies, dont la diphtérie, le tétanos ou la poliomyélite, est obligatoire dans ce pays.

Dans un arrêt de son instance suprême, la Grande Chambre, rendu jeudi 8 avril, la CEDH considère que l’obligation vaccinale ne constitue pas une violation des dispositions de la Convention européenne des droits de l’homme sur le « droit au respect de la vie privée »« La politique de vaccination poursuit les objectifs légitimes de protection de la santé ainsi que des droits d’autrui, en ce qu’elle protège à la fois ceux qui reçoivent les vaccins en question et ceux qui ne peuvent pas se faire vacciner pour des raisons médicales », rappelle l’arrêt. Ces derniers, relève la cour, sont « tributaires de l’immunité collective pour se protéger contre les maladies graves contagieuses en cause ».

Les décisions de la Grande Chambre, composée de 17 juges européens, dont le président de la CEDH, sont « définitives ». Aucun recours n’est possible.

Un arrêt qui conforte la possibilité d’une obligation vaccinale contre le Covid-19 :

L’arrêt de la CEDH prend une résonance particulière alors que de nombreux militants antivaccins manifestent, parfois violemment, à travers le monde, dénonçant une « dictature sanitaire » à propos des mesures de confinement et de prophylaxie ou les effets secondaires de la vaccination. Il pourrait également peser dans le débat sur la vaccination obligatoire contre le Covid-19, du personnel médical notamment.

 

Ajouts 2 : L’injection du vaccin de J&J suspendue sur trois sites aux USA à cause d’effets indésirables :

Trois cliniques de vaccination en Caroline du Nord ont suspendu l’administration du vaccin de Johnson & Johnson après que certaines personnes ont eu des effets indésirables, notamment des évanouissements.

Des responsables de la santé de l’État américain de Caroline du Nord ont déclaré jeudi 8 avril qu’ils avaient arrêté d’administrer des doses de Johnson & Johnson sur trois sites de vaccination après qu’au moins 26 personnes ont eu des effets indésirables, plus particulièrement des évanouissements, rapporte Associated Press.

Quatre personnes ont été emmenées dans des hôpitaux pour un examen plus approfondi. Les Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis ont noté que des réactions telles que l’évanouissement n’étaient pas rares après la vaccination et qu’ils examinaient les rapports sur les effets indésirables en Caroline du Nord et dans trois autres États.

La vaccination reportée :

Un centre de vaccination situé dans le comté de Wake a annoncé jeudi soir qu’il avait cessé d’administrer des doses de Johnson & Johnson après que 18 des plus de 2.300 personnes vaccinées ont eu des effets indésirables. Les personnes qui se trouvaient sur le site ont ensuite reçu des vaccins de Pfizer ou ont été autorisées à reporter leur vaccination avec le J&J.

L’agence détaille que deux autres sites (Hillsborough et Chapel Hill) ont également choisi de cesser de proposer le vaccin de Johnson & Johnson et sont en train de reporter la vaccination de 350 personnes qui devaient recevoir leur injection unidose vendredi 9 avril.

Dans le Colorado, 11 personnes ont eu des réactions indésirables mercredi après avoir reçu ce même vaccin. Deux ont été emmenées à l’hôpital, ajoute l’agence.

Source  : https://fr.sputniknews.com/france/202104091045454665-la-france-va-recommander-un-vaccin-arn-apres-une-premiere-dose-dastrazeneca/https://www.lemonde.fr/sante/article/2021/04/08/la-vaccination-obligatoire-est-necessaire-dans-une-societe-democratique-juge-la-cour-europeenne-des-droits-de-l-homme_6076020_1651302.html et https://fr.sputniknews.com/amerique-nord/202104091045454845-linjection-du-vaccin-de-jj-suspendue-sur-trois-sites-aux-usa-a-cause-deffets-indesirables/


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don Paypal ou par Tipeee. Merci beaucoup.

Faire vivre le site avec un soutien Paypal :

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

ExoPortail sur Odysee ( contre la censure Youtube ) :

Venez aussi vous inscrire sur Odysee : https://odysee.com/$/invite/@ExoPortail:3

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 4 246 autres abonnés

2 Commentaires

  1. Les personnes qui ont accordé aux compagnies pharmaceutiques l’exemption contre les poursuites judiciaires devraient être poursuivies en justice pour haute trahison. Cette immunité devrait ensuite être abrogée.

  2. Bonjour, le risque 0 n’existe pas.
    Par contre ses immunités sont inadmissible,
    Une vie, c’est la vie et elle doit être respecté, quel que soit le bénéfice engrangé par ses laboratoires, ce bénéfice vaudra toujours moins qu’une vie.

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.