La Russie et la Chine bloquent à l’Onu un projet de résolution sur la situation à Alep

1

Note ExoPortail : Très bonne chose, il faut arrêter de coopérer avec ces pseudo « pauses humanitaires » qui ne servent qu’à réarmer les Mercenaires, c’est à chaque fois le même cirque sachant en plus que la plupart du temps ils ne respectent pas eux même les cessez-le-feu.

La Russie et la Chine ont bloqué un projet de résolution sur la situation humanitaire à Alep. Selon le représentant permanent de la Russie auprès de l’Onu Vitali Tchourkine, Moscou avait prévenu d’avance qu’il voterait contre ce texte proposé en violation des règles du Conseil de sécurité de l’Onu

La Russie et la Chine ont opposé leur veto sur un projet de résolution du Conseil de sécurité de l’Onu sur la situation humanitaire à Alep, en Syrie.

« Onze délégations sont pour, trois contre et une délégation s’est abstenue », a annoncé le président du Conseil de sécurité à l’issue du vote.

Le Venezuela a aussi voté contre ce texte. L’Angola s’est abstenue.

Selon le représentant permanent de la Russie auprès de l’Onu Vitali Tchourkine, Moscou a prévenu d’avance les membres du Conseil de sécurité de l’Onu qu’il voterait contre ce texte proposé en violation des règles du Conseil de sécurité de l’Onu.

« L’organisation d’un vote sur ce projet de résolution constitue une violation des normes de procédure du Conseil, puisque le projet (…) ne peut être voté avant mardi matin conformément à la norme des 24 heures. C’est important, parce que cela aurait permis aux membres du Conseil de tenir compte de nouveaux faits, de parvenir à un consensus et d’adopter une résolution qui permettrait d’améliorer la situation humanitaire en Syrie et notamment à Alep-Est », a indiqué M. Tchourkine.

Présenté par l’Égypte, l’Espagne et la Nouvelle-Zélande, le projet de résolution appelle à instaurer une nouvelle pause humanitaire de sept jours à Alep. Il fait l’objet de discussions depuis plusieurs jours. Initialement, le texte proposait d’instaurer une pause humanitaire de dix jours à Alep.

Le diplomate russe a rappelé que le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et le secrétaire d’État américain John Kerry s’étaient mis d’accord à Rome sur un plan spécial pour Alep-Est.

« L’élément clé de ce plan est le départ des terroristes d’Alep », a noté M. Tchourkine.

Les experts russes et américains tiendront une rencontre mardi ou mercredi pour étudier cette initiative proposée par John Kerry.

Selon M. Tchourkine, il faut attendre les résultats de cette rencontre des experts russes et américains avant de voter sur une nouvelle pause humanitaire à Alep.

« Nous considérons qu’il faut attendre les résultats de cette rencontre d’experts pour que la résolution du Conseil de sécurité soit sérieuse », a déclaré Vitali Tchourkine devant les journalistes.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 672 autres abonnés

Partager l'article :

1 Commentaire

  1. La Russie à raison et de quel droit nos politique décideraient qui doit gouverner en Syrie, la France et les Américains sont avec Daesh Poutine combat Daesh

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.