La pédocriminalité est devenue un énorme business en Amérique

2

( Note ExoPortail : Ceci est un sujet très sensible et sombre mais il convient de l’aborder avec le plus de sources sérieuses possibles pour exposer une des pires choses possibles au monde.Cet article ultra sourcé est en deux parties, la deuxième partie sera sur l’utilisation de certaines de ces réseaux de traites juvéniles à des fins d’obtention de l’Adrénochrome)


«Les enfants sont ciblés et vendus pour le sexe tous les jours en Amérique» – John Ryan, du «National Center for Missing & Exploited Children». Des enfants, des jeunes filles – dont certaines n’ont pas plus de 9 ans – sont achetés et vendus à des fins sexuelles en Amérique. L’âge moyen d’une jeune femme vendue pour le sexe est maintenant de 13 ans.

 

C’est le sale petit secret de l’Amérique.

Le trafic sexuel – en particulier lorsqu’il s’agit de l’achat et de la vente de jeunes filles – est devenu une grande industrie en Amérique, la plus forte croissance du crime organisé et le deuxième grand commerce illicite après celui de la drogue et des armes.

Comme le fait remarquer la journaliste d’investigation Amy Fine Collins, «il est devenu plus lucratif et beaucoup plus sûr de vendre des adolescents malléables que des drogues ou des armes à feu. Une livre d’héroïne ou un AK-47 peut être vendu au détail une fois, mais une jeune fille peut être vendue 10 à 15 fois par jour et un proxénète  « parfait » confisque 100% de ses gains.»

 

Considérez ceci : toutes les deux minutes, un enfant est exploité dans l’industrie du sexe.

Selon «USA Today», des adultes achètent des enfants pour avoir des relations sexuelles au moins 2,5 millions de fois par an aux États-Unis.

Qui achète un enfant pour le sexe ? Sinon, ce sont des hommes de toutes conditions sociales.

«Ils peuvent être votre collègue, médecin, pasteur ou conjoint», écrit le journaliste Tim Swarens, qui a passé plus d’un an à enquêter sur le commerce du sexe en Amérique.

Rien qu’en Géorgie, on estime que 7 200 hommes (la moitié d’entre eux étant dans la trentaine) cherchent chaque mois à avoir des rapports sexuels avec des adolescentes, soit environ 300 par jour en moyenne.

En moyenne, un enfant peut être violé par 6 000 hommes pendant une période de servitude de cinq ans.

On estime qu’au moins 100 000 enfants – filles et garçons – sont achetés et vendus à des fins sexuelles chaque année aux États-Unis, et jusqu’à 300 000 enfants risquent d’être victimes de la traite chaque année. Certains de ces enfants sont enlevés de force, d’autres fugueurs et d’autres encore sont vendus dans le système par des parents et des connaissances.

«La traite des êtres humains – l’exploitation sexuelle à des fins commerciales d’enfants et de femmes américains, via Internet, les clubs de strip-tease, les services d’escorte ou la prostitution de rue – est en passe de devenir l’un des pires crimes aux États-Unis», a déclaré le procureur Krishna Patel.

C’est une industrie qui tourne autour du sexe bon marché à la volée, avec des jeunes filles et des femmes qui sont vendues à 50 hommes chaque jour pour 25 $ par personne, tandis que leurs maîtres gagnent 150 000 $ à 200 000 $ par enfant chaque année.

Ce n’est pas un problème que l’on trouve seulement dans les grandes villes.

Cela se produit partout, juste sous notre nez, dans les banlieues, les villes et les villages de tout le pays.

Comme le souligne Ernie Allen du «National Center for Missing and Exploited Children» :

«La seule façon de ne pas trouver cela dans une ville américaine, c’est de ne pas le chercher.»

Ne vous leurrez pas en croyant qu’il s’agit simplement d’une préoccupation pour les communautés à faible revenu ou les immigrants.

Ce n’est pas le cas !

On estime qu’il y a entre 100 000 et 150 000 travailleuses du sexe mineures aux États-Unis. Ces filles ne se portent pas volontaires pour être esclaves sexuelles. Ils sont attirés par la traite forcée. Dans la plupart des cas, ils n’ont pas le choix.

Afin d’éviter d’être repérés (dans certains cas avec l’aide et la complicité de la police) et de répondre à la demande d’acheteurs masculins de services sexuels avec différentes femmes, les proxénètes, les gangs et les syndicats du crime pour lesquels ils travaillent ont fait du trafic sexuel une entreprise très mobile, les filles, garçons et femmes victimes du trafic étant constamment déplacés de ville en ville, d’État en État et de pays en pays.

Par exemple, la région de Baltimore-Washington, appelée «The Circuit», avec son corridor I-95 parsemé d’aires de repos, de stations d’autobus et de relais routiers, est un carrefour pour le commerce du sexe.

Il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’une entreprise de trafic sexuel très rentable, très bien organisée et très sophistiquée qui opère dans les villes, grandes et petites, amassant jusqu’à 9,5 milliards de dollars par an aux États-Unis seulement en enlevant et en vendant des jeunes filles pour le sexe.

Chaque année, les filles achetées et vendues deviennent de plus en plus jeunes.

L’âge moyen des victimes de la traite est de 13 ans. Pourtant, comme l’a souligné le chef d’un groupe qui lutte contre la traite des êtres humains : «Réfléchissons à ce que signifie la moyenne. Cela signifie qu’il y a des enfants de moins de 13 ans. Ça veut dire 8, 9, 10 ans.»

«Pour 10 femmes sauvées, il y a 50 à 100 femmes de plus qui sont amenées par les trafiquants. Malheureusement, ils n’ont plus 18 ou 20 ans», fait remarquer une victime de la traite âgée de 25 ans. «Ce sont des mineurs d’à peine 13 ans qui font l’objet d’un trafic. Ce sont des petites filles.»

D’où vient cet appétit pour les jeunes filles ?

Regarde autour de toi.

Les jeunes filles sont sexualisées depuis des années dans les vidéoclips, sur les panneaux d’affichage, dans les publicités télévisées et dans les magasins de vêtements. Les spécialistes du marketing ont créé une demande pour de la chair jeune et une offre immédiate d’enfants sur-sexualisés.

«Tout ce que cela nécessite, c’est de regarder des photos MySpace d’adolescents pour voir des exemples – s’ils n’imitent pas du porno qu’ils ont vu, ils imitent des images et des poses inspirées du porno qu’ils ont captées ailleurs» écrit Jessica Bennett pour « Newsweek ». «Le latex, les corsets et les talons de strip-teaseuse, autrefois à la mode des stars du porno, ont fait leur entrée au collège et au lycée.»

C’est ce que Bennett appelle la «pornification d’une génération».

«Dans un marché qui vend des talons hauts pour les bébés et des lanières pour les préadolescents, il ne faut pas être un génie pour voir que le sexe, sinon le porno, a envahi nos vies», conclut Bennett. «Que nous l’accueillons ou non, la télévision l’amène dans nos salons et le Web dans nos chambres. Selon une étude réalisée en 2007 par l’Université de l’Alberta, jusqu’à 90 % des garçons et 70 % des filles âgés de 13 à 14 ans ont eu accès à du contenu sexuellement explicite au moins une fois.»

En d’autres termes, la culture prépare ces jeunes à être la proie de prédateurs sexuels. Et puis nous nous demandons pourquoi nos jeunes femmes sont la proie, la victime de la traite et de la maltraitance ?

Les médias sociaux rendent les choses trop faciles. Comme l’a rapporté un rédacteur en chef : «Trouver des filles est facile pour les proxénètes. Ils consultent MySpace, Facebook et d’autres réseaux sociaux. Avec leurs assistants, ils font des virées dans les centres commerciaux, les lycées et les collèges. Ils viennent les chercher aux arrêts de bus. Sur le chariot. Le recrutement de filles à filles arrive parfois.» Les foyers d’accueil et les refuges pour jeunes sont également devenus des cibles de choix pour les trafiquants.

Il est rare que ces filles se prostituent volontairement. Bon nombre d’entre elles sont d’abord des fugueuses ou des fugueuses qui se font enlever par des proxénètes ou de plus gros réseaux sexuels. D’autres, persuadés de rencontrer un étranger après avoir interagi en ligne sur l’un des nombreux sites de réseautage social, se retrouvent rapidement initiés à leur nouvelle vie d’esclaves sexuels.

Debbie, une étudiante hétérosexuelle qui appartenait à une famille très unie de la Force aérienne vivant à Phoenix, en Arizona, est un exemple de ce commerce de la chair. Debbie avait 15 ans lorsqu’elle a été enlevée dans son allée par une connaissance. Contrainte de monter dans une voiture, Debbie a été ligotée et emmenée dans un lieu inconnu, retenue sous la menace d’une arme à feu et violée par plusieurs hommes. Elle a ensuite été entassée dans un petit chenil et forcée de manger des biscuits pour chiens. Les ravisseurs de Debbie ont annoncé ses services sur Craigslist. Ceux qui ont répondu étaient souvent mariés et avaient des enfants, et l’argent que Debbie «gagnait» pour le sexe était donné à ses ravisseurs. Le viol collectif a continué. Après avoir fouillé l’appartement où Debbie était retenue captive, la police a finalement trouvé Debbie enfermée dans un tiroir sous un lit. Son épreuve pénible a duré 40 jours.

Bien que Debbie ait eu la chance d’être secourue, d’autres n’ont pas cette chance. Selon le «National Center for Missing and Exploited Children», près de 800 000 enfants disparaissent chaque année (environ 2 185 enfants par jour).

Pour les victimes de la traite, c’est un cauchemar du début à la fin.

Ceux qui sont vendus pour le sexe ont une espérance de vie moyenne de sept ans, et ces années sont un cauchemar de viol sans fin, de toxicomanie forcée, d’humiliation, de dégradation, de menaces, de maladie, de grossesse, d’avortement, de fausse couche, de torture, de douleur, et toujours la peur constante d’être tué ou, pire, de voir ceux que vous aimez blessés ou tués.

Peter Landesman peint les horreurs de la vie pour les victimes du commerce du sexe dans son article du New York Times «The Girls Next Door» :

Andrea m’a dit qu’elle et les autres enfants avec lesquels elle était retenue étaient souvent battus pour les déstabiliser et les rendre obéissants. Parfois, ils étaient filmés pendant qu’on les forçait à avoir des relations sexuelles avec des adultes ou entre eux. Souvent, dit-elle, on lui demandait de jouer des rôles : le thérapeute patient ou la fille obéissante. Sa cellule de trafiquants sexuels proposait trois groupes d’âge de partenaires sexuels – les tout-petits de 4, 5 à 12 ans et les adolescents – ainsi que ce qu’elle appelait un «groupe de victimes». «Dans le groupe des victimes, ils peuvent vous frapper ou faire ce qu’ils veulent», explique-t-elle. «Même si le sexe fait toujours mal quand on est petit, donc c’est toujours violent, tout était beaucoup plus douloureux une fois qu’on vous a placé dans le groupe des victimes.»

Ce qu’Andrea a décrit plus loin montre à quel point certaines parties de la société américaine sont devenues dépravées. «Ils allaient te rendre affamé puis t’entraîner à avoir des relations orales. Ils ont mis du miel sur un homme. Pour les plus petits, il fallait apprendre à ne pas bâillonner. Et ils forçaient les choses en toi pour que tu t’ouvres mieux. Nous avons appris les bonnes réponses. Comme s’ils voulaient qu’on soit sensuels, sexy ou effrayés. La plupart d’entre eux voulaient te faire peur. Quand je grandissais, j’apprenais aux plus jeunes à lâcher prise pour que les choses ne fassent pas mal.»

Les agents de l’immigration et des douanes du «Cyber Crimes Center» de Fairfax, en Virginie, rapportent qu’en matière de sexe, l’appétit de nombreux Américains a maintenant changé. Ce qui était autrefois considéré comme anormal est maintenant la norme. Ces agents surveillent une hausse évidente de la demande de pornographie à noyau dur sur Internet. Comme l’a fait remarquer un agent : «Nous avons été désensibilisés par la dure réalité ; maintenant, nous avons besoin d’être de plus en plus durement touchés

Cette tendance se reflète dans le traitement que les trafiquants de drogue et les hommes qui les achètent infligent à de nombreuses filles. Peter Landesman a interviewé Rosario, une Mexicaine qui avait été victime de la traite à New York et détenue en captivité pendant plusieurs années. Elle a dit : «En Amérique, nous avions des « jobs spéciaux ». Sexe oral, sexe anal, souvent avec beaucoup d’hommes. Le sexe est maintenant plus agressif, plus dur.»

La plupart des survivantes sont forcées de se priver de sommeil ou de nourriture jusqu’à ce qu’elles aient atteint leur quota sexuel d’au moins 40 hommes, ce qui constitue un dénominateur commun. Une femme raconte comment son trafiquant l’a obligée à s’allonger face contre terre lorsqu’elle était enceinte, puis lui a littéralement sauté sur le dos, l’obligeant à faire une fausse couche.

Holly Austin Smith a été enlevée alors qu’elle avait 14 ans, violée, puis forcée de se prostituer. Son proxénète, lorsqu’il a été traduit en justice, n’a été condamné qu’à un an de prison.

Barbara Amaya a été vendue à plusieurs reprises entre trafiquants, maltraitée, abattue, poignardée, violée, kidnappée, trafiquée, battue et emprisonnée avant l’âge de 18 ans. «J’avais un quota que je devais remplir tous les soirs. Et si je n’avais pas cette somme d’argent, je me ferais battre, jeter par les escaliers. Il m’a battu une fois avec des cintres en fil de fer, le genre qu’on accroche les vêtements, il a les a ajustés et tout mon dos saignait.»

Comme David McSwane le raconte dans un article terrifiant pour le Herald-Tribune : «Dans Oakland Park, une banlieue industrielle de Fort Lauderdale, des agents fédéraux ont découvert en 2011 un bordel exploité par un couple marié. À l’intérieur de «The Boom Boom Boom Room», comme on l’appelait, les clients payaient des frais, on leur donnait un préservatif et un minuteur et on laissait seul avec 8 ados, des enfants aussi jeunes que 13 ans, de la maison de prostitution. Un enfant de 16 ans en famille d’accueil a témoigné qu’il agissait comme gardien de sécurité, tandis qu’une jeune fille de 17 ans a dit à un juge fédéral qu’elle était forcée d’avoir des relations sexuelles avec jusqu’à 20 hommes par nuit.»

Un réseau particulier de trafic sexuel s’adressait spécifiquement aux travailleurs migrants employés de façon saisonnière dans les fermes des États du sud-est, en particulier les Carolines et la Géorgie, bien qu’il s’agisse d’une activité florissante dans tous les États du pays. Les trafiquants transportent les femmes d’une ferme à l’autre, où les travailleurs migrants font la queue à l’extérieur des cabanes, jusqu’à 30 à la fois, pour avoir des rapports sexuels avec elles avant d’être transférés dans une autre ferme où le processus recommencerait.

Ce mal grandissant est, à tous égards, fait au grand jour.

Les femmes et les enfants victimes de la traite sont présentés sur Internet, transportés sur l’autoroute et achetés et vendus dans des hôtels chic.

Alors, que pouvez-vous faire ?

Renseignez-vous, vous et vos enfants, sur cette menace croissante dans nos communautés.

Arrête de nourrir le monstre : La traite des personnes à des fins sexuelles fait partie d’un continuum plus vaste aux États-Unis, qui va de la pauvreté et de l’estime de soi à la sexualisation de la télévision, à la glorification d’une culture proxénète – ce que l’on appelle souvent la «pornification des États-Unis» – et à une industrie du sexe qui se chiffre à des milliards de dollars sur fond de pornographie, musique, spectacles, etc.

Cette épidémie est en grande partie le fruit de nos propres actions, surtout à l’ère des entreprises, où la valeur accordée à la vie humaine est reléguée au second plan au profit. On estime que l’industrie du porno rapporte plus d’argent qu’Amazon, Microsoft, Google, Apple et Yahoo.

Demandez à vos conseils municipaux, à vos élus et à vos services de police de faire de la lutte contre le trafic sexuel une priorité absolue, plus que la soi-disant guerre contre le terrorisme et la drogue et la militarisation de l’application des lois.

Cesser de poursuivre les adultes pour des «crimes» sans victimes, comme la culture de laitue dans leur cour devant la maison, et se concentrer sur l’élimination des proxénètes et des acheteurs qui victimisent ces jeunes femmes.

Enfin, la police doit mieux former, identifier et répondre à ces problèmes ; les communautés et les services sociaux doivent mieux protéger les fugueurs, qui sont les premières cibles des trafiquants ; les législateurs doivent adopter une législation visant à poursuivre les trafiquants et les «clients», les acheteurs qui font la demande d’esclaves sexuels ; les hôtels doivent cesser de permettre à ces derniers de se livrer à la traite, en leur fournissant des chambres et une couverture pour leurs actes criminels.

Que tant de femmes et d’enfants continuent d’être victimisés, brutalisés et traités comme des marchandises humaines est dû à trois choses : premièrement, une demande des consommateurs qui est de plus en plus lucrative pour toutes les personnes concernées – sauf les victimes ; deuxièmement, un niveau de corruption si envahissant à l’échelle locale et internationale qu’il y a peu de chances de travailler par les circuits habituels pour y faire changer quelque chose et, enfin, un silence étrange chez les individus qui ne s’élèvent pas contre ce type de comportement atroce.

Les trafiquants sont coupables. Les consommateurs sont coupables. Les agents corrompus des forces de l’ordre sont coupables. Les groupes de femmes qui ne font rien sont coupables. Les soldats de la paix et les travailleurs humanitaires étrangers qui contribuent à la demande d’esclaves sexuels sont coupables. Surtout, tous ceux qui ne dénoncent pas les atrocités commises contre les femmes et les enfants dans presque tous les pays du monde, y compris les États-Unis, sont coupables.

Note ExoPortail : Heureusement grâce à internet les consciences s’éveillent et à certaines actions des forces positives ( https://exoportail.com/?s=purge+de+la+cabale ) les choses basculent.

Source : https://www.rutherford.org/publications_resources/john_whiteheads_commentary/the_essence_of_evil_sex_with_children_has_become_big_business_in_america

Traduction : ExoPortail 


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 459 autres abonnés

Partager l'article :

2 Commentaires

  1. En France, nous n’en sommes pas loin. Les lois ont tendance à légitimer la pédophilie (Schiappa). L’éducation sexuelle des tous petits, à l’école est aussi une manoeuvre pour habituer les enfants au sexe. Lors d’un procès, leur innocence ne pourra ainsi plus être un argument, ni un moyen de défense. Les pédophiles ne subissent jamais de peine en rapport avec leurs actes immondes. Triste monde…

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.