La Cour suprême vénézuélienne riposte contre les assauts de l’état profond

3

Le gouvernement Maduro est imparfait. Les Vénézuéliens sont comme les Américains et le reste de la population mondiale. Ils peuvent facilement être manipulés par des pressions économiques et de la propagande noire. Heureusement pour les Vénézuéliens, leur Cour suprême résiste aux incursions de l’état profond dans leurs affaires intérieures.

 

Selon les médias, la Cour suprême du Venezuela a bloqué tous les comptes bancaires et les transactions financières du président autoproclamé par intérim dans sa juridiction après que les autorités vénézuéliennes ont lancé l’enquête préliminaire sur les activités du leader de l’opposition Juan Guaido, a rapporté mardi Reuters, citant une déclaration du président de la Cour suprême du Venezuela. En particulier, la décision du tribunal impose une interdiction de voyager à Juan Guaido jusqu’à la fin de l’enquête.

Le pays s’enfonce de plus en plus dans une récession économique totale, la Banque d’Angleterre ayant refusé de libérer son dépôt d’or d’un montant de 1,2 milliard de dollars américains.

L’état profond espère qu’en empêchant le gouvernement vénézuélien d’accéder aux fonds dont il a tant besoin, les militaires n’auront d’autre choix que de se ranger du côté des interventionnistes étrangers.

La militarisation du système bancaire par les barons des voleurs occidentaux est en partie à l’origine de la création de diverses banques de développement pour financer l’initiative économique mondiale « One Belt One Road » en Chine, dirigée par son président Xi Jinping, pour aider les pays voisins à réaliser leur propre développement économique en toute indépendance vis-à-vis des oligarques financiers dont le pouvoir absolu ne s’exerce ni dans un cadre rationnel ni responsable.

La Russie, pour sa part, se décharge également de ses actifs libellés en dollars américains en réponse à une décennie de sanctions économiques contre ses citoyens et ses entreprises.

Le socialisme malavisé est son propre ennemi. Le gouvernement Maduro doit investir davantage dans les infrastructures essentielles qui mèneraient à l’autonomie plutôt que de promouvoir une culture de dépendance.

Il est temps que les Vénézuéliens tirent la leçon que s’ils ne peuvent pas industrialiser leur économie à temps et compter uniquement sur leurs exportations de pétrole, ils seront perpétuellement dépendants de la bonne volonté des autres pays qui font encore affaire avec eux.

Tel est le sort des sociétés dirigées par des personnalités qui n’ont pas de véritable formation scientifique et technique. Les juristes politiques typiques s’efforcent simplement de plaire aux gouvernés en donnant des dole out, par exemple des logements et des soins de santé gratuits, pour maintenir la position d’autorité et s’engraisser en cours de route, au lieu de créer un environnement propice au développement économique à long terme et au progrès mutuel, au-delà de leurs jours dans le bureau.

Nous n’obtiendrons de grands progrès économiques que si nous plaçons les techniciens à des postes de décision quant aux priorités du gouvernement et à l’approche la plus pratique pour atteindre ces objectifs, à un moment donné.

Nous vivons dans une société où même les connaissances scientifiques sont régies par des lois et des constantes immuables qui n’ont rien à voir avec la réalité, mais qui limitent le potentiel de l’esprit curieux.

Les programmes économiques ne devraient pas être inscrits dans des lois inflexibles, mais doivent répondre en temps réel à mesure que les besoins changent ou sont satisfaits, afin que toute ressource limitée soit maximisée à son plein potentiel.

Nous avons un gouvernement qui prétend représenter nos intérêts communs, mais le plus souvent, c’est l’aspiration de quelques privilégiés qui l’emporte.

L’abolition par le peuple des législateurs rémunérés au profit d’une assemblée législative à code source libre pourrait à elle seule sauver n’importe quel pays de la corruption et des coûts élevés liés à la gestion de cette branche du gouvernement. De plus, toute participation directe des citoyens à l’élaboration de leur propre avenir créera des citoyens plus responsables et plus progressistes, capables de se gouverner eux-mêmes.

D’autre part, le système économique capitaliste basé sur la monnaie vient d’atteindre son nouveau jalon honteux quand Oxfam a rapporté que seulement 26 milliardaires possèdent plus de la moitié de la population mondiale.

Le monde n’a pas encore vu un système de gouvernement véritablement démocratique. Cependant, la technologie et l’infrastructure pour y parvenir existent déjà aujourd’hui, par exemple les plateformes de médias sociaux et la technologie de Blockchain.

Il est temps de réaligner nos priorités et de maximiser le plein potentiel des technologies déjà en place, et de réaliser que l’idée même du gouvernement lui-même a été rendue obsolète. Il est grossièrement irresponsable, peu fiable, inefficace et toujours sujet aux caprices et aux émotions de quelques personnes.

L’ordre spontané, c’est ainsi que le système naturel maintient son équilibre de paix et d’harmonie, tout au long de son existence.

 

Bonus :

Maduro : «les impérialistes» attendront 2025 s’ils veulent une nouvelle élection présidentielle :

 

Dans un entretien à l’agence publique russe RIA Novosti ce 30 janvier, le président vénézuélien Nicolas Maduro a rejeté l’idée d’une élection présidentielle anticipée, qu’exige le président de l’Assemblée nationale Juan Guaido, qui s’est autoproclamé président par intérim du pays. «Les élections présidentielles ont eu lieu il y a moins d’un an, il y a 10 mois», a-t-il fait valoir, avant d’ajouter :

«Nous n’acceptons les ultimatums de personne dans le monde, nous n’acceptons pas le chantage. Les élections présidentielles ont eu lieu au Venezuela et si les impérialistes veulent de nouvelles élections, qu’ils attendent 2025

Il s’est en revanche dit favorable à des élections législatives anticipées. «Ce serait très bien d’organiser des élections législatives plus tôt, cela constituerait une très bonne forme de discussion politique, une bonne solution par le vote populaire», a déclaré le président socialiste, alors que l’opposition appelle à manifester une nouvelle fois contre lui ce 30 janvier.

 

Selon Maduro, John Bolton «a interdit à Trump d’entamer le dialogue» :

Nicolas Maduro s’est également redit prêt à négocier avec l’opposition :

«Je suis prêt à m’asseoir à la table des négociations avec l’opposition, pour parler pour le bien du Venezuela, pour la paix et son futur.»

Interrogé sur une possible médiation internationale, il a assuré qu’il y avait «plusieurs gouvernements et organisations dans le monde qui montrent une préoccupation sincère», ajoutant souhaiter qu’«ils soutiennent le dialogue». Nicolas Maduro s’est également dit «prêt à discuter personnellement avec Donald Trump personnellement, en public, aux Etats-Unis, au Venezuela, où il voudra, quel que soit le programme». Il a en outre confié avoir «essayé» pendant plusieurs années d’établir «un contact» avec la présidence américaine. Mais Nicolas Maduro a cependant estimé que c’était «compliqué actuellement», notamment car le conseiller à la sécurité nationale John Bolton avait «interdit à Trump d’entamer le dialogue».

Au cours de la même interview, le chef d’Etat vénézuélien a pour autant accusé Donald Trump d’avoir «donné l’ordre» de l’assassiner au «gouvernement colombien» et à la «mafia colombienne». «Si quelque chose m’arrive, Donald Trump et le président colombien Ivan Duque seront responsable», a poursuivi le natif de Caracas. Le président a néanmoins précisé être «toujours protégé par le peuple vénézuélien» et a loué la qualité des services de renseignement du pays.

 

Le président vénézuélien exprime sa reconnaissance à son homologue russe :

Nicolas Maduro a, enfin, exprimé sa «reconnaissance» envers le président russe Vladimir Poutine, qui soutient le gouvernement vénézuélien dans la crise actuelle. Il a affirmé que le Venezuela continuait de recevoir «chaque mois» de l’armement russe, «le plus moderne au monde», dans le cadre des contrats en vigueur.

Le président vénézuélien a assuré que malgré la situation économique du pays, Caracas continuerait de payer ses dettes à la Chine et à la Russie, ses principaux créanciers : «Le Venezuela paye, toujours dans les temps.»

 

Source : https://geopolitics.co/2019/01/30/venezuelan-supreme-court-fights-back-deep-state-regime-change/ et https://francais.rt.com/international/58580-nicolas-maduro-rejette-idee-election-presidentielle-anticipee

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

3 Commentaires

  1. Qu’est-ce qu’elle veut la cabale avec le Vénézuela ? Le pétrole..LOL elle n’a plus de fric 😂…eeeet oui les cabalistes, faites les fonds de tiroirs et profitez-en car il y a bientôt plus de fond de tiroir aussi..vous allez voir ce que ça fait d’être à sec !

  2. Bonjour,

    Il me semble que si le Vénézuela n’était pas gorgé de pétrole tout le monde s’en ficherai de ce pays, USA compris. On est bien d’accord sur ce point ? On peut donc en déduire que cet acharnement de  » l »état profond  » américain est du essentiellement au fait qu’ils veulent seulement s’approprier le pétrole de ce pays ? c’est quand même INCROYABLE de voir que peu de gens se rendent compte de çà ?
    Ou il y’a du pétrole les ricains ne sont jamais loin pour foutre le bordel.
    Combien de temps cela va encore durer ce cirque ? Les russes et les chinois soutenant Maduro, on peut
    espérer pour ce pays qu’il va éviter l’explosion complète.
    Si mon analyse est biaisée merci de me donner d’autres informations.

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.