Jared Kushner : le plus proche conseiller de Trump a des liens méconnus avec la haute finance, Soros et Goldman Sachs

1

Même les plus enthousiastes soutiens de Donald Trump sont inquiets… La proximité du président des Etats-Unis avec son gendre, Jared Kushner, ne leur semble annoncer rien de bon au point que même un média comme Breitbart, prompt à applaudir les décisions de Trump, reprend sans hurler au truquage un article du Wall Street Journal sur les liens méconnus du jeune millionnaire avec le monde de la haute finance. Kushner est accusé de ne pas avoir révélé dans ses déclarations financières en vue de rejoindre l’équipe présidentielle certains engagements financiers qui révèlent notamment des liens avec le milliardaire de gauche George Soros et Goldman Sachs.

Ainsi le gendre promu haut conseiller de la présidence américaine aurait-il omis de déclarer qu’il possède une part d’une start-up de finance immobilière, Cadre, une société qui permet d’investir dans des propriétés immobilières aussi facilement qu’on joue en Bourse, sans les contraintes habituelles de la pierre. On peut ainsi acheter des actions correspondant à un bien donné, pour un ticket d’entrée qui démarre à 50 millions de dollars. Pour ce qui est de les revendre à loisir, les investisseurs de Cadre vont devoir attendre une prochaine étape.

Jared Kushner, gendre de Trump et obligé de George Soros ?

La participation de Jared Kushner à ce projet n’est pas un mystère. Son frère Joshua en est un co-fondateur avec lui et avec Ryan Williams, ancien de Goldman Sachs. On pouvait lire en juin dernier que la start-up fondée en 2014 a levé 68 millions de dollars en 18 mois, récupérant des mises du Peter Thiel’s Founders Fund, de Goldman Sachs, mais aussi du fondateur du géant de la vente en ligne chinoise Alibaba, Jack Ma et de quelques autres. Cadre se situe sur un segment du marché de la vente en ligne jusqu’ici inexploité : celui des très, très riches investisseurs. La start-up se rémunère en prenant une commission moins importante que celle demandée lors de transactions immobilières à part entière.

On apprenait en juin que Cadre était en partenariat avec une société familiale à New York – Williams assurait alors qu’il ne s’agissait pas de Trump – qui garantit la plate-forme à hauteur de 250 millions de dollars en cas de difficulté à boucler un projet. Selon l’article du Wall Street Journal paru il y a quelques jours cette ligne de crédit a été ouverte par l’entreprise familiale de George Soros, qui a également mis des fonds dans la société Cadre en tant qu’investisseur.

Il semblerait que Jared Kushner soit tout de même gêné par l’affaire. Il a fait dire par son avocate, Jamie Gorelick, que ses intérêts personnels dans la société ont été rajoutés dans un document de transparence financière rectifié qui sera rendu publique après avoir été certifié par des responsables éthiques. La juriste a également fait savoir que Jared Kushner avait démissionné du bureau de la société, transmis ses droits de vote et réduit sa part d’actions.

La haute finance, Soros et Goldman Sachs « oubliés » dans une déclaration de Jared Kushner

Cela fait quelques temps que l’on parle des conflits d’intérêt du conseiller de la Maison Blanche. Et aussi de ses prises de position peu compatibles avec la plateforme électorale du beau-père – idées qu’il partage avec son épouse Ivanka, la « vraie » Première dame de Trump. Il y a quelques semaines, Exxon Mobil et Shell accouraient aux côtés d’Ivanka et de Jared pour encourager le Président à maintenir l’accord de Paris sur le climat, contrairement à ses promesses de campagne.

L’influence de Kushner semble clairement peser dans le sens du mondialisme, ce qui se comprend mieux s’il a en effet des liens financiers importants avec ses partisans les plus à gauche et les plus influents comme Soros.

L’affaire ne s’arrête pas là, en effet. Selon le Wall Street Journal, Jared Kushner a également omis de mentionner « au moins 1 milliard de dollars d’emprunts auprès de plus de 20 prêteurs » levés grâce aux propriétés immobilières et sociétés dont il est le copropriétaire ; il aurait également « apporté des garanties personnelles sur plus de 300 millions de dollars de cette dette ». Cette dette lie Kushner, selon le quotidien financier, « à un large éventail de banques américaines et étrangères, de sociétés de capital-investissement et de prêteurs gouvernementaux ».

Anne Dolhein du site reinformation.tv

Source : http://reinformation.tv/jared-kushner-trump-haute-finance-soros-goldman-sachs-dolhein-69545-2/

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 2 026 autres abonnés

Partager l'article :

1 Commentaire

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.