Important : Les CDC admettent devant la Cour fédérale qu’ils n’ont pas de preuves que «les vaccins ne causent pas l’autisme»

5
C’est vraiment une histoire qui fait l’effet d’une bombe quand on en comprend toutes les implications, mais les grands médias n’y toucheront probablement pas. Les gros titres pourraient se lire comme suit : «Dans un procès époustouflant, les CDC ( Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies ) admettent qu’il n’a aucune preuve que les vaccins ne causent pas l’autisme». Les organisations médiatiques indépendantes sont obligées de relater ces histoires, et risquent en même temps d’être davantage démonisées pour avoir dit la vérité que le public devrait connaître. Bien sûr, nous savons aussi que, la portée des médias indépendants ayant été réduite, il est très difficile de faire passer de telles histoires et nous comptons sur vous, cher lecteur, pour faire passer le message.

 

Au 2 mars 2020, les CDC ont admis devant la cour fédérale qu’il n’avait aucune preuve que les vaccins administrés aux bébés ne causaient pas l’autisme. Pendant des années, ils ont prétendu que les études avaient été faites, que les preuves étaient claires et qu’il y avait un consensus : «les vaccins ne causent pas l’autisme». Pourtant, c’était un mensonge.

Une organisation appelée «Informed Consent Action Network» (ICAN) a joué un rôle déterminant dans cette admission. Comme ils l’ont déclaré dans leur propre communiqué de presse :

«En été 2019, ICAN a soumis aux CDC une demande au titre de la loi sur la liberté d’information (Freedom of Information Act, FOIA) demandant «toutes les études sur lesquelles les CDC se sont appuyés pour affirmer que le vaccin DTaP ne provoque pas d’autisme». L’ICAN a également soumis cette même demande pour l’HepB, l’Hib, le PCV13 et le VPI, et a demandé aux CDC de fournir des études pour étayer l’exposition cumulative à ces vaccins pendant les six premiers mois de vie ne causant pas l’autisme. Malgré des mois de demandes, les CDC n’ont pas réussi à produire une seule étude spécifique en réponse à ces demandes de FOIA. ICAN a donc été contraint de poursuivre les CDC devant la Cour fédérale, où les CDC ont finalement concédé, dans une stipulation signée par un juge de la Cour fédérale, qu’il ne disposait d’aucune étude pour soutenir qu’aucun de ces vaccins ne causait l’autisme.»

La stratégie d’ICAN était de se concentrer sur les vaccins administrés dans les six premiers mois de la vie d’un bébé selon le calendrier standard, car c’est à ce moment que l’autisme commence à être diagnostiqué. Il convient en outre de rappeler que l’ICAN a demandé des études pour montrer que l’exposition cumulative à ces vaccins, c’est-à-dire la manière dont ils réagissent ensemble dans l’organisme, ne conduit pas à l’autisme.

En bref, les CDC ont fourni une liste de 20 études qui devaient prétendre que les vaccins ne causaient pas l’autisme, seulement, aucune de ces études ne l’a prouvé. Dans la liste des 20, les CDC ont fourni 18 études qui n’avaient rien à voir avec les vaccins sur lesquels se concentrait ICAN. Cela signifie soit que les CDC n’ont pas d’études, soit qu’il ne veut pas les fournir. Les deux autres études étaient intéressantes. L’une était une étude de l’Institut de médecine (IOM), qui a été financée par les CDC. Cette étude a procédé à un examen complet des études relatives au vaccin Tdap ( diphtérique, tétanique et poliomyélitique ). Elle cherchait à déterminer les réactions indésirables générales aux vaccins, notamment si les vaccins provoquent ou non l’autisme. L’IOM n’a pas été en mesure de trouver une seule étude confirmant que le Tdap ne provoque pas l’autisme. Ce qu’elle a trouvé, c’est une seule étude qui a montré une association entre le DTaP et l’autisme.

Ils ont conclu :

«Conclusion 10.6 : les preuves sont insuffisantes pour accepter ou rejeter une relation causale entre l’autisme et le vaccin contenant l’anatoxine diphtérique, l’anatoxine tétanique ou le vaccin acellulaire contre la coqueluche.»

Cela signifie qu’il n’existe aucune étude dans le monde qui montre qu’il n’y a pas de lien entre les vaccins et l’autisme, et que les CDC ne peuvent donc pas prétendre que les vaccins ne causent pas l’autisme.

La dernière des deux études restantes portait sur les antigènes présents dans les vaccins. Il s’agit de la bactérie ou du virus utilisé dans les vaccins. La question était de savoir si la présence de davantage de virus ou de bactéries augmentait le risque d’autisme. L’étude a conclu que la quantité de bactéries ou de virus utilisée ne faisait aucune différence. En outre, dans la conclusion de l’étude, ils ont admis que l’étude ne prouve pas que les vaccins ne provoquent pas l’autisme.

«On peut soutenir que les TSA avec régression, dans lesquels les enfants perdent généralement leurs capacités de développement au cours de la deuxième année de vie, pourraient être liés à l’exposition pendant la petite enfance, notamment aux vaccins ; cependant, nous n’avons trouvé aucune association entre l’exposition aux antigènes des personnes vaccinées pendant la petite enfance et le développement des TSA avec régression.»

En fin de compte, il a été demandé aux CDC de fournir des études prouvant que les vaccins administrés au cours des six premiers mois de vie ne provoquent pas d’autisme. Ils n’ont pu en fournir aucune, pas une seule.

Alors comment… les CDC fait-il cette déclaration sur son site web comme vous pouvez le voir sur l’image ci-dessous ?

Ils font cette affirmation sans aucun fondement scientifique et sans aucune preuve. Il s’agit simplement d’une déclaration. Pendant des années, les CDC a prétendu à tort que «les vaccins ne causent pas l’autisme». À leur tour, ceux qui ont remis en question les vaccins ont été qualifiés d’anti-vaxxers, non scientifiques et extrêmes dans leurs opinions, mais ont-ils eu tort de prétendre que les vaccins pouvaient causer l’autisme ? Ont-ils eu tort de remettre en question la sécurité des vaccins ? Bien sûr, cela ne prouve pas que les vaccins causent l’autisme, mais là n’est pas la question. La question est qu’au lieu de faire les recherches nécessaires et de s’assurer que les vaccins publics sont sûrs, les CDC ont choisi de mentir et de lancer une campagne de ridicule contre ceux qui remettent les vaccins en question.

 

 

«Nous ne savons pas» :

On pourrait dire que si le CDC était responsable et honnête, il aurait dit «nous ne savons pas» quand il s’agit de savoir si les vaccins sont liés ou non à l’autisme. C’est en fait la réponse correcte à la question « les vaccins provoquent-ils l’autisme ? C’est la bonne réponse depuis que les gens ont commencé à poser la question il y a de nombreuses années. Au lieu de cela, les CDC a choisi de prétendre que la science montre que les vaccins ne causent pas l’autisme, ce qui était peu scientifique et malhonnête.

Le détail qui nous touche de près ici est que les vérificateurs des faits (pseudo Checknews) ont donné de fausses déclarations sur le contenu de nos vaccins, affirmant que «les vaccins ne causent pas l’autisme». Cela a conduit à une réduction de notre portée et à la destruction presque complète de notre entreprise en raison de la démonétisation. Pourtant, d’où ces vérificateurs de faits ont-ils tiré leurs informations ? Du CDC. Et nous savons maintenant que les CDC n’a jamais eu les preuves de ses affirmations et que les enquêteurs se sont trompés ou ont été mal informés. Ces fausses déclarations du CDC ont également conduit à la création d’une culture d’acceptation aveugle des vaccins, même s’il n’y a aucune preuve de leur innocuité.

D’où le défi que peu de gens réalisent à propos des organisations de vérification des faits comme Snopes, ou celles qui travaillent sur Facebook ; ce qu’elles font, c’est se tourner vers les grandes organisations et le gouvernement pour obtenir leurs «faits». Et ces faits l’emportent sur tout ce qui est mis en avant pour contester ces «faits». Ainsi, les vérificateurs de faits sont essentiellement de simples fournisseurs de faits produits par les gouvernements et les grandes entreprises. Il se trouve que certains d’entre eux sont également payés par de grandes entreprises.

«Les données les plus récentes du CDC montrent qu’un enfant sur 36 né cette année aux États-Unis développera un autisme, […] C’est une véritable épidémie. Si le CDC avait consacré les mêmes ressources à l’étude des vaccins et de l’autisme, comme il l’a fait en menant une campagne médiatique contre les parents qui prétendent que les vaccins sont à l’origine de l’autisme de leur enfant, le monde serait un meilleur endroit pour tous. Les CDC se plaignent que ceux qui soulèvent des inquiétudes sur la sécurité des vaccins ne sont pas scientifiques et sont mal informés,  » […]  » Mais lorsque nous avons demandé aux CDC des études pour appuyer son affirmation selon laquelle  » les vaccins ne causent pas l’autisme « , il est clair que cette affirmation n’est pas fondée sur la science.» – Del Bigtree, fondateur d’ICAN

 

De nombreuses études scientifiques montrent que les vaccins pourraient être liés à l’autisme, de différentes manières. Prenez l’aluminium par exemple, une étude publiée en 2018 a découvert de grandes quantités d’aluminium dans le tissu cérébral des personnes atteintes d’autisme :

L’exposition humaine à l’aluminium a été impliquée dans les TSA, les conclusions étant équivoques [source], [source], [source], [source]. Jusqu’à présent, la majorité des études ont utilisé les cheveux comme indicateur de l’exposition humaine à l’aluminium, tandis que l’aluminium dans le sang et l’urine a également été utilisé dans une mesure beaucoup plus limitée. Les vaccins pédiatriques qui contiennent un adjuvant à l’aluminium sont une mesure indirecte de l’exposition des nourrissons à l’aluminium et leur utilisation croissante a été directement corrélée à la prévalence croissante des TSA [source]. Les modèles animaux de TSA continuent de soutenir un lien avec l’aluminium et avec les adjuvants à l’aluminium utilisés dans les vaccinations humaines en particulier [source].

Le fait que l’aluminium sous forme d’adjuvant ne sorte pas du corps comme l’aluminium de nos propres aliments, par exemple, est l’une des multiples façons dont les scientifiques ont montré comment les vaccins pouvaient être impliqués dans l’apparition de l’autisme. Vous pouvez en savoir plus sur les vaccins et l’aluminium en particulier, ici.

 

Conclusion : 

Ce n’est pas la première fois dans l’histoire que de grands organismes de santé, des scientifiques et des médecins ont affirmé que quelque chose était sûr alors qu’il ne l’était pas. Regardez les cigarettes, l’agent orange et le DDT. Ce ne sont là que quelques-uns des produits qui sont devenus connus de tous après que de nombreuses personnes aient pris conscience des dangers associés à ces produits. Pendant ce temps, les sociétés qui les possédaient et leurs amis se sont battus pour prétendre que ces personnes n’étaient pas scientifiques, qu’elles mentaient et qu’elles avaient tort.

Est-ce que nous voyons cela maintenant avec les vaccins ? Il semble bien que ce soit le cas. Une chose que j’observe toujours, c’est que si les grandes organisations ne peuvent pas répondre à la simple question et se tournent plutôt vers le ridicule, les insultes et les campagnes médiatiques pour semer le doute, alors vous savez qu’elles cachent quelque chose. À mon avis, le CDC connaît parfaitement les dangers des vaccins et il gagne du temps pour trouver comment se tenir propre pour le moment où les cartes tomberont. Parce qu’ils le feront.

Tout cela, bien sûr, s’inscrit dans le cadre d’une plus grande prise de conscience qui a lieu actuellement au sein de l’humanité, alors que nous passons collectivement de l’enfance à l’âge adulte. Nous nous responsabilisons en tant qu’individus, nous changeons notre relation avec la terre, les autres et nous-mêmes. Changer la façon dont nous idolâtrons et mettons l’argent au-dessus de tout. Bien sûr, voir au-delà des tromperies d’aujourd’hui est une étape précoce dans cette évolution de la conscience.

 

Source : https://www.collective-evolution.com/2020/03/08/cdc-admits-in-federal-court-they-have-no-evidence-vaccines-dont-cause-autism/https://cdn1.collective-evolution.com/assets/uploads/2020/03/Stipulation-and-Order-Fully-Executed.pdf et https://www.icandecide.org/lawsuits/

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 2 359 autres abonnés

Partager l'article :

5 Commentaires

  1. Nos médecins devraient savoir que depuis 1970, le Professeur Loui-Claude Vincent, a parfaitement démontré par des mesures chiffrées, à partir du sang, que tout produit chimique ou de synthèse, ainsi que les vaccins, conduisaient sur des terrains de dégénérescence et de cancer? avec chute spectaculaire des défenses immunitaires. Le Pr jb Fourtillan de Poitiers, nous a bien averti par document que l’aluminium, voire le mercure dans les médicaments et vaccins, étaient interdit par la FED et l’OMS depuis plus d’une dizaine d’années, sans que les Labos en aient tenu compte. Voir chaîne Jasper Mader et Jacques Daudon.

  2. (Bon…! J’ai vraiment du mal à poster un commentaire. J’essaye encore)

    Merci pour la traduction de cet article (qui va s’ajouter à mon déjà très épais dossier « Vaccinations ») et qui annonce une étape majeure vers la chute de Big Pharma.

    Oui, c’est un pas important qui vient d’être franchi avec l’assignation du CDC. Cela me réjouit! Mais les preuves existent déjà entre les vaccinations & l’autisme. Je suis étonnée que Joe Martino ne connaisse pas le documentaire « VAXXED : From cover-up to catastrophe » (ou alors il en a parlé précédemment). Ce film peut être visionné en streaming avec des sous-titrages en plusieurs langues: https://vaxxedthemovie.com/

    J’avais acheté plusieurs DVD à l’époque pour les faire circuler – notamment à des femmes enceintes ou des mères de tout petits. La dernière jeune femme a qui je l’ai prêté a néanmoins fait vacciner son enfant sous la pression des parents, du mari, des mensonges (conscients ou pas) des allopathes & des pharmaciens, des séries & films d’Hollywood – où l’un des personnages est toujours sauvé par un vaccin..
    Bref: l’endoctrinement est à son maximum depuis le ventre de la mère, et même bien avant.

    Del Bigtree, qui est l’un des piliers de VAXXED, n’évoque pas ce documentaire dans la vidéo postée sur le site de Joe, sans doute parce qu’il est sorti il y a quelques années déjà. Mais à l’origine de ce film se trouve l’un des six scientifiques principaux du CDC, le Dr William Thompson. La direction leur avait demandé de détruire toutes les preuves des liens entre vaccins & autisme, mais Thompson les a gardés. Torturé par le remords en croisant tous ces enfants autistes, il est devenu lanceur d’alerte.

    Le CDC l’a évidemment attaqué, calomnié, etc., mais il est trop tard pour eux. Leur sort est scellé, comme est scellé le sort de tous les êtres qui se sont opposés à la Vie dans toutes ses dimensions. Il va presque falloir commencer à s’habituer à ne plus avoir à « se battre » ! Mais bon, il reste encore de quoi faire avant de retourner dans le Coeur du Très-Haut.. ;o)

    Victoire de la Lumière & et de l’Amour!

    -*-

  3. Je suis née en france en 1965, a cette époque les vaccins se faisaient a l’école maternelle (à l’âge d’environ 4 ou 5 ans). Quelques heures après l’injection, j’ai été victime des effets dévastateurs du vaccin: j’étais recouverte de plaies avec du pus sur tout mon corps.
    Je jouais tranquillement sur le trottoir devant ma maison…J’ai dû perdre connaissance car je me suis réveillée à l’hôpital (de Metz) avec les mains et les pieds liés au lit avec des douleurs atroces de brulure sur tout mon corps.
    J’étais seulement une petite enfant…
    Maintenant, La Victoire de la Lumière arrive à Grand Pas!
    Avec Unité, Égalité et Authenticité inconditionnelles,
    Catherine Marie Mingoïa

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.