Éveil des consciences ? Seulement 49% des Américains disent qu’ils prendraient le vaccin COVID-19

7

Alors que les scientifiques du monde entier s’efforcent de mettre au point un vaccin contre le nouveau coronavirus COVID-19, une nouvelle enquête a révélé que moins de la moitié des personnes interrogées aux États-Unis seraient prêtes à se faire administrer un tel vaccin.

 

L’Associated Press a rapporté mercredi qu’un nombre «étonnamment faible» d’Américains seraient prêts à recevoir un vaccin COVID-19, selon un sondage mené par le Centre de recherche sur les affaires publiques AP-NORC.

«Selon les résultats, 49% de tous les adultes américains interrogés ont déclaré qu’ils prévoyaient de se faire vacciner contre le nouveau coronavirus dès qu’un vaccin serait disponible. Parmi les autres personnes interrogées, 31 % ont déclaré qu’elles n’étaient pas sûres de leurs projets de vaccination et 20 % ont dit aux chercheurs qu’elles ne prévoyaient pas de se faire vacciner.»

Récemment, le Dr Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses et scientifique au sein du groupe de travail de la Maison Blanche sur les coronavirus, a déclaré qu’il y avait une «bonne chance» qu’un vaccin contre le nouveau coronavirus puisse être «déployé d’ici la fin de l’année, d’ici novembre-décembre».

Le président américain Donald Trump a également déclaré qu’un vaccin contre le COVID-19 pourrait être prêt pour le peuple américain d’ici la fin de 2020, et que la distribution ultérieure du vaccin pourrait avoir lieu d’ici janvier 2021. AP a noté que le président américain s’est fixé comme objectif de constituer un stock de 300 millions de doses d’ici la nouvelle année : https://exoportail.com/urgent-trump-annonce-quil-mobilisera-larmee-pour-vacciner-la-majorite-de-la-population-contre-le-covid-19/

«Il est toujours préférable de sous-promettre et de sur-distribuer», a expliqué le Dr William Schaffner, spécialiste des maladies infectieuses au centre médical de l’université Vanderbilt, à la sortie.

«L’inattendu est très important, et c’est pourquoi je pense que pour chacun de ces vaccins, nous allons avoir besoin d’une grande base de données de sécurité pour nous rassurer».

Les chercheurs ont découvert que 7 Américains sur 10 opposés à la réception du vaccin ont exprimé des inquiétudes quant à la sécurité.

«Je ne suis pas une anti-vaccin», a déclaré à l’AP Melanie Dries, 56 ans, résidente de Colorado Springs (Colorado). Cependant, «recevoir un vaccin COVID-19 d’ici un an ou deux… me fait craindre qu’il ne soit pas largement testé quant à ses effets secondaires».

En plus de ses commentaires sur la disponibilité du vaccin, le président américain a fait valoir que COVID-19 n’aura pas de deuxième vague forte et pourrait même être «éradiqué» sans vaccin.

«Mais je pense que ce qui se passe, c’est que ça va disparaître. Cela va disparaître. Et s’il revient sous une forme modifiée à l’automne, nous serons en mesure de le gérer. Nous serons capables de produire des injections. Et nous sommes tout à fait prêts à y faire face», a-t-il déclaré à la fin du mois dernier. Cependant, lorsqu’on lui a demandé d’expliquer sa théorie, M. Trump n’a pas été en mesure de fournir une réponse substantielle.

Le Dr Francis Collins, directeur des «National Institutes of Health» (NIH), a souligné à AP que l’agence ne réduit pas les coûts ni ne sacrifie la rigueur dans ses efforts pour réaliser des économies. Le NIH prévoit de tester les principaux vaccins sur «des dizaines de milliers de personnes», selon l’agence : https://exoportail.com/des-vaccins-contre-le-coronavirus-seront-testes-a-parti-de-juillet-sur-plus-de-100-000-volontaires-aux-etats-unis/

Malgré la confiance des responsables américains dans le développement d’un vaccin d’ici la fin de l’année, les experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont averti que l’impact mondial du nouveau coronavirus pourrait s’étendre jusqu’en 2025.

Au début de ce mois, Soumya Swaminathan, responsable scientifique de l’OMS, a déclaré lors du webinaire du Financial Times qu’elle estimait qu’un «délai de quatre à cinq ans» serait réaliste pour contrôler le virus.

 

Source : https://apnews.com/dacdc8bc428dd4df6511bfa259cfec44 et https://sputniknews.com/society/202005271079436296-only-49-of-americans-say-they-would-get-covid-19-vaccine—poll/

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 442 autres abonnés

Partager l'article :

7 Commentaires

  1. En fait, ces 49% d’Américains ont besoin d’être vaccinés contre la connerie, espérons que ce vaccin sera bientôt disponible?

  2. La guerre contre le Nouvel Ordre Mondiale n’est Pas encore gagné, malgré les dégâts, et certainement de la propagande….. Donc elle n’est encore pas perdu pour nous….. ! Bien des indices le disent….. Vous devriez découvrir , le site : LA T V DU GOUVERNEMENT DE LA FRANCE LIBRE et les deux dernières vidéos : LA GUERRE CIVILE ET LA PENURIE ALIMENTAIRE —- BILL GATES LE RÊVE D’UN PHILANTRO–CAPITALISTE Il y en a d’autres………..

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.