Double documentaire : Sur les traces de la déesse-mère

3
Le paganisme matriarcal (culte de la déesse-mère) est la religion universelle qui occupa la plus grande durée dans l’histoire du genre humain. Cependant les religions matriarcales préhistoriques et antiques sont trop peu renseignées par l’archéologie et l’histoire comparativement à l’importance qu’elles ont en terme de durée. Bien que les religions patriarcales aient été particulièrement intransigeantes lors de leur instauration, pour être plus facilement adoptées, elles ont été contraintes d’assimiler les religions qui les ont précédées sans faire complètement table-rase du passé.

 

« Bien avant la naissance des dieux, l’humanité était placée sous la protection de la Grande Mère, créatrice des mondes, des éléments et des créatures qui la peuplaient. » – Françoise Gange, Avant les Dieux, la Mère universelle

 

 

 

La Civilisation Nuragique et culte Matriarcal – La Déesse Mégalithique :

La civilitation Nuragique apparaît en Sardaigne au cours du premier âge du bronze, vers le XVIIIe siècle av. J.-C. Josué Mendoza observe et met à jour certains détails associés avec l’Égypte antique et un ancien culte matriarcal.

 

Pour continuer le sujet je vous recommande cet article sur le Féminin Sacré et la Sororité de la Rose : https://exoportail.com/le-feminin-sacre-et-la-sororite-de-la-rose/


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

N'hésitez pas à nous rejoindre sur notre canal ExoPortail sur Télégram pour contourner la censure ! :

 

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 815 autres abonnés

3 Commentaires

  1. Extrait du manuscrit « Nouvelle voie pour l’éveil » Publié aux Editions Spinelle :

    « L’OUROBOROS SECRET

    Un des sens cachés profonds que l’intuition m’avait déjà révélé et transmis, est écrit dans ces lignes
    « Nouvelle voie pour l’Eveil », qu’elle se trouvait être, l’interface, le média, le pont à partir duquel la conscience maintenant éveillée, se reliait à l’environnement illusoirement matériel.

    Maintenant, existe t’il un lien reliant les visions théistes de l’éveil, à celle non théiste comme l’est le bouddhisme ? Ce matin 11 novembre 2018, l’intuition m’a transmis et fait découvrir ce lien. Ne dit-on pas de l’intuition qu’elle est féminine ?

    Elle l’est et pour cause. Cela renvoi au féminin sacré, au temps où l’image de la divinité n’était pas masculine mais féminine, l’intuition en ce temps était féminine et l’éveil l’était également, mais pourquoi ?

    Le bouddhisme affirme que l’origine de tout est la base incréée et non née, d’où tout se déploie sans jamais la quitter. La référence théiste du féminin sacré et du culte de la déesse, se relie à la fécondité et à l’image directe de la matrice à partir de laquelle se développe l’union du spermatozoïde à l’ovule en fétus, pour obtenir finalement par la naissance dans notre plan physique, d’un être masculin ou féminin, qui à sa maturation s’accouplera à nouveau pour perpétuer le cycle éternel de la vie.

    Mais cette union physique perpétuant le cycle éternel de la vie, n’est que l’ombre de l’union sacrée d’hiérogamie, où les deux partenaires pratiques tumo en couple, ou la réalisation de cette pratique permet l’embrasement de leurs corps en arc-en-ciel et leur dissolution physique en lumière, tout comme ces représentations tantriques de couples en union sexuels, symbolisant en fait l’unification d’énergies en mouvements.

    Dans le bouddhisme non théiste la transmission de tumo en couple n’est presque jamais abordée et encore moins transmise, partant que selon les dires de certains Maitres, est que le plus certain par cette pratique, n’est pas l’obtention du corps d’arc-en-ciel, mais la naissance neuf mois plus tard d’un enfant, ce qui de toutes évidences mettrait dans l’embarras un moine ou une nonne confirmée, autant qu’ un couple de yogi et yogini.

    C’est pour cette raison que l’enseignement bouddhiste transmis pour l’obtention du corps d’arc-en-ciel est Thögyal, qui est une pratique solitaire demandant assiduité et persévérance, et qui pour certains très rares, est une réalisation extraordinaire nommée, corps grand transfert.

    Lorsque pour les hommes leur compréhension de l’incréé était un concept hors de leur portée intellectuelle, et avant qu’elle ne soit remplacée par les religions monothéistes patriarcales dépossédant les femmes de tout leur pouvoir, c’était le culte de la déesse du féminin sacré, qui était le lien naturel permettant l’éveil. »

    Bien à vous toutes et tous et je vous souhaite une agréable et harmonieuse fin de semaine.

  2. Voilà que cet article tombe à pic! Toutes ces interrogations ont des réponses à l’adresse suivante: h ttps://www.youtube.com/channel/UC38UEr-flS_ZNktvDvyRbXg

    Ces enseignements vous apporteront une richesse inestimable!… Si votre coeur est ouvert.

  3. Voir aussi Antoine cottebrune et Alexandra Duriez du 30/0417 sur legrandchangement : vivre la puissance de l’être , activation ADN, sexualité, multidimensionnalité.

Répondre à Pierre Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.