Des centaines de mètres cubes d’acide dans la nature : enquête ouverte contre ArcelorMittal

2
De l’acide utilisé sur un site du groupe sidérurgique à Florange a été déversé dans un dépotoir en pleine nature. L’entreprise assure être en règle et qu’«il n’y a aucun risque environnemental ou sanitaire». Le parquet de Thionville a ouvert une enquête préliminaire.

Témoignage accablant pour l’usine d’ArcelorMittal Florange. Un chauffeur de camion, qui travaillait en tant qu’intérimaire pour Suez RV Osis Industrial Cleaning, un sous-traitant du géant mondial de l’acier, affirme, vidéo à l’appui, avoir déversé durant trois mois des centaines de mètres cubes d’acide dans un dépotoir en pleine nature de l’usine sidérurgique de Florange, en Moselle. Cet homme, qui témoigne sous couvert d’anonymat, affirme que les salariés de l’entreprise lui donnaient volontairement accès à la décharge (un crassier) alors que cette matière, hautement polluante aurait dû être recyclée au centre de dépollution industrielle de Malancourt-la-Montagne.

Dans une vidéo de 1minute 45, prise avec son téléphone portable, on voit un épais liquide vert fluorescent sortir d’un tuyau et se répandre dans l’eau sombre d’une décharge à ciel ouvert. «Et voilà comment on recycle les déchets à Florange chez Arcelor, on balance de l’acide en pleine nature. Pas loin des bois, pas loin des habitations» dénonce l’homme, qui affirme avoir déversé ainsi chaque jour 28 mètres cubes de substance hautement chimique.

«Les rochers éclataient à cause de l’acidité du produit. Le soir je rentrais avec les yeux rouges.»

Le chauffeur de camion au micro de France Bleu Lorraine.

Au micro de France Bleu Lorraine Nord, ce chauffeur de camion raconte: «Je transportais l’acide usagé. Normalement je devais le ramener dans un centre de recyclage à Maloncourt. Mais on me disait de charger l’acide et d’aller au crassier, avec la complicité de salariés d’Arcelor qui me donnaient les bons (de livraison) eux-mêmes. Les bons n’indiquaient pas que c’était de l’acide. Ils indiquaient seulement que c’était de la boue de fer ou de la boue d’épuration. J’arrivais à Florange, à la cokerie, au PC sécurité, et là je me retrouvais dans un crassier à brancher mes tuyaux et déverser mon chargement en pleine nature, directement au sol. Les rochers éclataient à cause de l’acidité du produit. Le soir je rentrais avec les yeux rouges tous les jours pendant la période d’hiver, les trois mois où j’ai bossé en intérim.» «J’avais pour consigne de ne pas tout déverser au même endroit pour ne pas défoncer la nature», raconte-t-il également au Républicain Lorrain.

L’homme a fini par en parler à un pompier travaillant pour ArcelorMittal Florange. Mais sa direction l’a appris et il a été licencié pour «rupture de discrétion commerciale». Il est depuis au chômage.

 

Plusieurs enquêtes ouvertes pour déterminer l’origine des déchets acides

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Thionville, a précisé la procureure Christelle Dumont ce mardi. La direction régionale de l’environnement (Dreal) a en outre ouvert une enquête pour vérifier la traçabilité des déchets. «Il y a bien eu des déversements d’acide, mais on en ignore encore l’importance», a dit mardi à l’AFP Michel Liebgott, président de la communauté d’agglomération du Val de Fensch, à l’issue d’une réunion avec les maires de Florange et d’Hayange ainsi qu’avec la direction d’ArcelorMittal. La communauté d’agglomération «poursuit ses investigations sur les rivières adjacentes au crassier, afin de déceler toutes traces éventuelles de pollution pouvant nuire à son réseau hydrographique», a-t-il été précisé plus tard dans un communiqué.

Un comité d’entreprise extraordinaire s’est tenu lundi matin sur le site sidérurgique à la demande de la CGT, rapporte Le Républicain Lorrain. «La direction d’ArcelorMittal s’est affranchie totalement de toute responsabilité et se montre sereine», a expliqué au quotidien régional un membre du comité d’entreprise à Florange. «Elle parle plutôt d’une erreur ou peut-être d’un acte isolé et ponctuel», et a assuré être tout à fait en règle avec les procédures environnementales. «Il n’y a aucun risque environnemental ou sanitaire pour les populations». La zone de stockage, le crassier, «est très encadré et contrôlée au moins tous les ans par la Dreal» ajoute-t-elle enfin. L’entreprise a néanmoins ouvert une enquête interne, et la CGT d’ArcelorMittal a quant à elle réclamé une expertise indépendante.

Source : http://www.lefigaro.fr/societes/2017/07/04/20005-20170704ARTFIG00038-un-chauffeur-affirme-qu-il-deversait-de-l-acide-d-arcelormittal-dans-la-nature.php

 

Nouveau : Vous avez la possibilité de soutenir ExoPortail avec le nouvel Outil français «UTIP» qui offre plusieurs options dont une qui permet d’'aider FINANCIÈREMENT SANS DONNER DE L'ARGENT mais seulement avec 30 secondes de votre temps une ou plusieurs fois par jour sans créer de compte, d'avance merci beaucoup pour votre soutien (le lien en cliquant sur l'image)  ===►

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 681 autres abonnés

2 Commentaires

  1. Tiens, par contre il$ continuent leur escroquerie, et voilà que réapparaissent les 3 ans « d’ouverture » psycho-éconmique, style Corey’s Kids scam…
    SHOCK UN WARNING: Only 3 YEARS Left to SAVE THE PLANET!!!

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.