Des agriculteurs utilisent à bon escient des fleurs pour lutter contre les parasites au lieu de produits chimiques

0

Une ferme est son propre écosystème, mais de nombreuses pratiques conventionnelles éliminent le cycle de vie de toutes les créatures qui y vivent en utilisant des pesticides. C’est logique, car les cultures peuvent être décimées par le mauvais type d’insecte ou par un autre envahisseur. Mais les pesticides ont créé un certain nombre de problèmes ; non seulement les parasites deviennent progressivement résistants au poison, mais l’utilisation des produits chimiques peut être nuisible pour les travailleurs et potentiellement pour les personnes qui entrent en contact avec les produits dans leur cycle alimentaire.

 

«Fast Company» signale que de nombreux agriculteurs biologiques reviennent à des pratiques plus anciennes en cultivant un environnement où les prédateurs naturels de parasites peuvent vivre. Ils font pousser des fleurs parmi leurs autres cultures, créant ainsi un foyer pour des créatures comme les guêpes parasites, qui mangent les pucerons à l’état larvaire. C’est une pratique courante de cultiver des fleurs sur le périmètre des terres agricoles, parce que cela favorise la biodiversité. Mais les agriculteurs expérimentent avec des bandes de fleurs à l’intérieur de leurs cultures, créant ainsi une autoroute qui permettra aux insectes de se déplacer plus loin et de couvrir plus de terrain pour lutter contre les parasites.

C’est une expérience particulièrement populaire au Royaume-Uni, où les chercheurs Ben Woodcock et Richard Pywell étudient la nouvelle tactique au «Center for Ecology and Hydrology». On dit que planter des fleurs pour stimuler les insectes peut sembler évident, mais une certaine précision est nécessaire pour encourager le bon type dans les bonnes quantités, ce qui nécessite des techniques de surveillance plus modernes.

«L’adoption à grande échelle de systèmes agricoles de précision, en particulier la cartographie GPS et les technologies d’application de précision, signifie qu’il devrait maintenant être possible de mettre en œuvre et de protéger ces habitats sur le terrain», ont-ils écrit à « Fast Company » dans un courriel. «Cela aurait été très difficile il y a quelques années. Bien qu’il soit peu probable que cela élimine la nécessité d’appliquer des pesticides, cela peut signifier que les populations de parasites sont maintenues au-dessous des niveaux auxquels elles causent des dommages aux cultures pendant de plus longues périodes, réduisant ainsi le nombre de pesticides appliqués»

Les fleurs sont particulièrement importantes au moment où les scientifiques sont aux prises avec le phénomène généralisé et terrifiant de la mort des ruches. Les raisons pour lesquelles les colonies d’abeilles meurent dans d’immenses étendues à travers le monde sont diverses, mais beaucoup pensent que la surutilisation des pesticides est un facteur contributif.

D’autres pays ont également expérimenté ; en Suisse, les chercheurs ont planté un mélange de pavot, de coriandre, d’aneth et d’autres fleurs en combinaison avec des champs de blé. Ils ont découvert que les insectes qui mangent des parasites se nourrissant de blé étaient stimulés par la croissance des fleurs, en particulier les coccinelles. Les dommages aux feuilles ont diminué de 61%. L’objectif est de trouver un mélange de plantes permettant d’augmenter le rendement.

Même si la production florale n’est devenue qu’un outil de plus dans la boîte à outils des agriculteurs, elle pourrait réduire considérablement l’utilisation des pesticides – et c’est aussi très beau à voir.

Source : https://www.greenmatters.com/renewables/2018/02/06/TRQBR/farmers-pesticides-chemicals

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 854 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.