Decodex : quand Le Monde distribue les bons et mauvais points… et se fait épingler

4
Depuis le 1er février, la version web du Monde propose un kit de vérification de l’information sur la toile. Censé lutter contre les «fake news» et financé par le fonds Google, il classe les sites selon leur «fiabilité». Au risque de surprendre.

«Au Monde, nous n’avons jamais renoncé à cette bataille des faits. Nous avons toujours considéré qu’une grande rédaction, alimentant à la fois un quotidien et un site généralistes, se devait chaque jour de révéler, de vérifier, de hiérarchiser et de mettre en perspective des informations.» Le ton est solennel. Dans un édito publié le 2 février, Jérôme Fenoglio, directeur du quotidien Le Monde, présentait le «Decodex».

Fruit du travail des «Décodeurs», rubrique du monde.fr chargée de «vérifier» la parole publique, il se veut un outil de référence pour aider l’internaute à choisir son information. Il a été financé par le fonds Google. Samuel Laurent, boss des «Décodeurs», évoque un montant compris entre 50 000 et 60 000 euros.

Sur la planète Monde, le label rouge n’est pas signe de qualité

Comment cela fonctionne ? Le «Decodex» est une sorte de boîte à outils numérique. Elle propose notamment un moteur de recherche ainsi qu’une extension pour navigateur. Le classement des sites se fait par couleurs : gris pour les sites collectifs, bleu pour les parodiques. En vert, comme avec les feux de circulation, vous pouvez y aller. On est sur du crédible. En orange, attention ! Il s’agit de publications «peu fiables ou très orientées». Le rouge est associé aux sites «pas du tout fiables, complotistes ou trompeurs».

Depuis son entrée en fonction, le quotidien vespéral fait face aux critiques. Il faut dire qu’en répertoriant environ 600 sites, difficile de contenter tout le monde. Que ce soit au niveau de la démarche en elle-même ou de la manière de classer les publications, le titre contrôlé par le trio Pierre Bergé – Xavier Niel – Matthieu Pigasse ne s’est pas fait que des amis.

BuzzFeed est tout pardonné

De nombreux observateurs se sont interrogés sur la manière dont Le Monde a classé les publications. «Dans ce travail, nous n’avons pas tenu compte de la nature des positionnements politiques ou idéologiques des sites, des pages ou des comptes sur les réseaux sociaux étudiés. Notre seul critère a été leur respect des règles journalistiques (croisement des sources, vérification, etc.)», a affirmé Samuel Laurent.

Pourtant, à y regarder de plus près, certains «labels» ont de quoi étonner. Ce qui n’est pas surprenant, c’est la couleur verte qui est associée à l’écrasante majorité de la presse mainstream française et étrangère. Pour L’Obs, Libération, L’Express, CNN, la BBC ou… Le Monde, que les internautes se rassurent, «Les Décodeurs» ont donné leur blanc-seing

Mais qu’est-ce qui fait donc virer un site au orange ? Dans les griefs retenus par «Les Décodeurs», on trouve le qualificatif «militant». Visiblement, le quotidien vespéral rejette cet adjectif et peu importe s’il est régulièrement accusé de complaisance vis à vis de l’Occident et de l’OTAN. En mars 2015, lors de la visite du secrétaire général de l’Alliance, le Norvégien Jens Stoltenberg, une journaliste du Monde s’était livrée à une interview qui avait fait des émules tant les questions qu’elles avaient posé étaient défavorables à Moscou.

En septembre de la même année, Le Monde publiait un graphique censé démontrer la répartition des victimes du conflit syrien. Le travail du quotidien faisait apparaître une majorité écrasante de morts imputables au gouvernement de Bachar el-Assad, bien plus que l’Etat islamique. Hors les données provenaient du Réseau syrien des droits de l’homme (RSDH). Un organisme connu pour son positionnement anti-Assad et financé, selon plusieurs médias, par l’Occident. Fadel Abdoul Ghany, président du RSDH, avoue d’ailleurs ne pas comptabiliser le nombre de victimes dans les rangs des pro-Assad. Ce qu’a reconnu à demi-mots le journaliste Nicolas Hénin : «Le président du RSDH admet avoir très peu d’information sur les pertes dans les rangs du régime.»

Source : https://francais.rt.com/france/33488-journalisme-monde-distribue-bons-mauvais-points-et-se-fait-epingler

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 604 autres abonnés

Partager l'article :

4 Commentaires

Répondre à rocbalie Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.