Comment les jésuites sont à l’origine de la crise frontalière américaine

0

Les jésuites, depuis le début des années 1600, cherchent à saper la «loi commune» anglaise dans le Nouveau Monde. Envoyé dans le monde pour saper les nations protestantes au nom du catholicisme, l’ordre des jésuites a été supprimé dans diverses nations comme le Portugal, la France, Malte, l’Espagne, l’Autriche et la Hongrie en 1763, car ces nations ont déterminé qu’elles sapaient la souveraineté nationale de ces corps politiques. L’incroyable richesse de l’Église romaine, canalisée vers les Jésuites – ou la Compagnie de Jésus – a fourni un soutien financier important à leur mission de saboter tout État-nation qui n’était pas entièrement redevable au Vatican. La Russie, la Prusse et les États-Unis n’ont pas expulsé les Jésuites, même si leur population a fait pression sur leur gouvernement pour qu’il le fasse. Aujourd’hui, les jésuites du Nouveau Monde continuent de saper les États-nations qui ne sont pas sous le contrôle des autorités romaines.

 

De nouvelles preuves ont été révélées qui démontrent le rôle central que l’ordre des jésuites joue dans la crise frontalière américaine actuelle.

Selon leur propre site web, Jesuits.org, l’ordre catholique contribue à aider les étrangers en situation irrégulière qui entrent aux États-Unis de manière criminelle. Leur sous-site est intitulé «Faith on the Border : Jesuits and Partners Come to the Aid of Deported Migrants», fait état de leurs efforts pour saper la loi américaine sur l’immigration. Ce site vaut d’ailleurs la peine d’être consulté si vous avez le temps et si vous souhaitez faire des recherches sur le sujet.

Si vous n’êtes pas au courant de l’implication des Jésuites, vous avez probablement entendu parler de People Without Borders, le groupe qui finance et fournit la logistique pour l’invasion illégale de l’Amérique. Le rôle de ce groupe dans la caravane de migrants a été rapporté par CBS News, ainsi que par la plupart des autres sites d’information grand public. Connus plus fréquemment sous leur nom en espagnol, Pueblo Sin Fronteras, même les médias libéraux reconnaissent que l’organisation est en grande partie à l’origine du mouvement de milliers de Centraméricains vers la frontière américaine. Selon le National Legal and Policy Center, Pueblo Sin Fronteras est basé à Chicago.

 

Selon le le National Legal and Policy Center :

«Sous l’objectif apparemment bénin de fournir des services sociaux aux nécessiteux, note Ludwig, Pueblo Sin Fronteras, un projet d’un groupe à but non lucratif 501(c)(4) basé à Chicago, La Familia Latina Unida, cherche à susciter la sympathie du public pour le gain politique au détriment de l’autonomie américaine.»

Il existe des liens explicites et documentés entre La Familia Latina Unida (l’organisation mère qui possède et gère Pueblo Sin Fronteras, ou Peuple sans frontières) et le Forum national de l’immigration de George Soros. Toujours du National Legal and Policy Center :

«La Familia Latina Unida a vu son statut d’organisation à but non lucratif IRS 501(c)(4) révoqué en mai 2017 après avoir omis de remplir le formulaire 990 requis pendant trois années consécutives. Cela dit, il continue à fonctionner en collaboration avec Pueblo Sin Fronteras et une autre organisation de Chicago connue sous le nom de Centro Sin Fronteras Community Services Network, une organisation à but non lucratif exonérée d’impôts 501(c)(3) dont le siège est situé à la Lincoln United Methodist Church, au 2009 W. 22nd Place. Le formulaire 990 des déclarations d’impôts pour la période 2013-17 indique que le Centro Sin Fronteras a reçu une aide publique combinée de 576 610 $ pour fournir un large éventail de services sociaux liés aux immigrants hispaniques, y compris le dépistage des soins de santé, les orientations juridiques et les conseils financiers. Le centre a reçu deux subventions en 2017, l’une de 4 000 dollars de l’American Heart Association pour sensibiliser la communauté latino aux effets de la consommation de sodas et d’autres aliments à forte teneur en sucre, et l’autre de 7 646 dollars du Resurrection Project, basé à Chicago, pour organiser des ateliers sur le processus d’immigration et de citoyenneté. Avant la dernière période de cinq ans, le centre a reçu des subventions beaucoup plus importantes de la part de philanthropes de gauche tels que le Forum national de l’immigration et la Fondation du bien-être public.»

Utilisant des évangéliques pour faire leur sale boulot, ce centre est dirigé par des pasteurs appartenant à la Lincoln United Methodist Church. N’oubliez pas que le Forum national de l’immigration susmentionné, qui finance People Without Borders, finance également la Table évangélique sur l’immigration de Russell Moore.

L’opération de Chicago mentionnée ci-dessus s’inscrit dans le cadre du projet CARA de détention familiale à titre gracieux. Cette organisation comprend deux groupes légaux. Le premier est le Catholic Legal Immigration Network et le second est le Soros’ American Immigration Council – la même organisation qui finance et soutient la table d’immigration évangélique de Russell Moore (comme mentionné ci-dessus).

Bien que le rôle de George Soros auprès des Open Societies Foundations, du National Immigration Forum, de l’American Immigration Council et de la Evangelical Immigration Table (qui sont tous pratiquement la même organisation sous des noms différents) ait déjà été examiné en profondeur, il n’y a pas encore eu d’examen approfondi du Catholic Legal Immigration Network.

Le Catholic Legal Immigration Network (le nom est très malhonnête) est une organisation jésuite. Cela est documenté sur leur propre site web intitulé Ignatian Solidarity Network (ainsi nommé d’après le fondateur de l’ordre jésuite, Ignace de Loyola). Le président du Réseau catholique pour l’immigration légale est le prêtre jésuite Joe S. Vasquez. Vasquez est un prélat américain de l’Église catholique romaine et était auparavant l’évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Galveston et de Houston.

On s’attend à ce que le pape François – lui-même jésuite – continue de manifester une forte opposition aux Américains désireux de maintenir nos frontières souveraines.

Le but des jésuites a toujours été le même, à savoir saper les Etats-nations qui ne se soumettent pas au pouvoir politique de la papauté. L’objectif de George Soros est similaire, bien que moins religieux. Il souhaite un gouvernement mondialiste et l’éradication de tout État-nation. Les deux forces – les jésuites et Soros – collaborent avec des évangéliques comme Russell Moore et, par extension, la Convention baptiste du Sud, qui n’ont aucune idée de leur contribution réelle…

 

Source : https://pulpitandpen.org/2018/11/27/how-jesuits-and-george-soros-are-instigating-the-american-border-crisis/

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter ainsi qu’à partager l’article sur vos pages / groupes Facebook, cela aide énormément à l’information. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 3 422 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.