Accord historique pour réduire les déchets plastiques dans presque tous les pays du monde

0
Au fur et à mesure que l’on prend conscience dans le monde entier de la crise croissante des déchets plastiques, on pourrait penser qu’il serait logique que les nations parviennent à une forme d’accord pour limiter la pollution plastique. Ce fut le cas vendredi dernier lorsque plus de 180 pays se sont joints à un accord historique des Nations Unies pour prendre de nouvelles mesures afin de surveiller et de suivre les déchets plastiques au-delà de leurs frontières et de réglementer leur commerce.

 

Toutefois, les États-Unis ont été l’un des seuls pays à refuser d’adhérer à l’accord, qui a pris la forme d’un amendement à la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination, une convention soutenue par 187 pays, à l’exclusion des États-Unis.

Les États-Unis sont actuellement le premier exportateur de déchets plastiques, selon le groupe de pression Break Free From Plastic. Bien que les États-Unis aient assisté aux négociations relatives à l’amendement, ils ne sont pas signataires de la convention. Toutefois, les représentants américains se sont opposés à cette mesure, affirmant que l’accord nuirait au commerce des déchets plastiques.

Selon the independent, le secrétaire exécutif des trois conventions de l’ONU pour l’environnement, Rolph Payet, a salué l’amendement «historique» et a déclaré qu’il enverrait «un signal politique très fort au reste du monde – au secteur privé, au marché des consommateurs – que quelque chose doit être fait».

Les plastiques et les microplastiques ont inondé les océans et les réserves d’eau du monde entier, entraînant la dissémination de toxines cancérigènes et de produits chimiques dans le milieu marin, les récipients de boissons en plastique emprisonnant et confinant – et finalement tuant – la faune marine.

La pollution a atteint des proportions tellement massives qu’on estime à 100 millions de tonnes la quantité de plastique que l’on peut maintenant trouver dans les océans, selon l’ONU. Entre 80 et 90 % d’entre eux proviennent de sources terrestres.

Selon un rapport préparé pour le Forum économique mondial de Davos (Suisse) en 2016, on estime que d’ici 2050, les déchets plastiques dans l’océan l’emporteront sur tous les poissons.

Payet a continué :

«Les pays ont décidé de faire quelque chose qui se traduira par des actions concrètes sur le terrain.»

Un large éventail de produits de diverses industries seront touchés par l’accord, y compris, mais sans s’y limiter, les aliments et les boissons, la mode, l’aérospatiale, les soins de santé, la haute technologie et les véhicules automobiles. Les agents des douanes seront probablement chargés de surveiller les produits électroniques et d’autres formes de déchets potentiellement dangereux qui, auparavant, faisaient l’objet d’un examen moins minutieux dans le commerce transnational.

Bien que les États-Unis se soient abstenus de signer l’accord, ils en ressentiront les effets lorsqu’ils tenteront d’expédier des déchets plastiques aux pays signataires de la convention. Les exportateurs comme les États-Unis devront maintenant obtenir le consentement des pays qui reçoivent des déchets plastiques non recyclables, contaminés ou mélangés – un changement majeur par rapport à la situation actuelle qui permet aux États-Unis et à d’autres pays d’expédier des déchets plastiques de faible qualité à des entités privées du Sud, selon The Guardian.

Paul Rose, chef de l’expédition des National Geographic Pristine Seas Expeditions, a déclaré à «the Independent» que l’évolution de l’opinion publique avait contribué à assurer un consensus pendant les négociations. Rose a dit :

«Ce sont ces images emblématiques des poussins albatros morts dans les îles du Pacifique, l’estomac ouvert et tous les objets en plastique reconnaissables à l’intérieur, et plus récemment, c’est lorsque nous avons découvert que les nanoparticules traversent la barrière hémato-encéphalique, et nous avons pu prouver que nous sommes imprégnés du plastique».

Dans un communiqué de presse, Payet a également crédité une pétition en ligne intitulée «Arrêtez de jeter du plastique au paradis», qui a recueilli près d’un million de signatures, comme indiquant le haut niveau de sensibilisation du public et les exigences d’action.

Toutefois, à mesure que l’offre de gaz naturel fragmenté augmente aux États-Unis, le coût de production et d’exportation des plastiques est devenu moins élevé, ce qui rend le marché du plastique extrêmement rentable et attrayant une fois de plus pour les multinationales des combustibles fossiles et des industries pétrochimiques.

Source : https://themindunleashed.com/2019/05/historic-agreement-reduce-plastic-waste.html

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 570 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.