2 000 produits chimiques non testés découverts dans des aliments emballés

0
Un rapport récent du «Groupe de travail sur l’environnement» (GTE) montre que des milliers de produits chimiques non testés, environ 2 000, se trouvent dans une grande variété d’aliments conventionnels transformés et emballés, qui sont disponibles dans les supermarchés américains. Vous serez peut-être surpris d’apprendre que ces produits chimiques sont légaux, en vertu des lois actuelles sur la réglementation des produits chimiques, ou qu’il n’en existe pas aux États-Unis.

 

Parmi les milliers d’additifs chimiques découverts, plusieurs sont des carcinogènes connus ou soupçonnés, comme le nitrite de sodium synthétique, que l’on trouve dans de nombreuses variétés de viandes transformées. L’Organisation mondiale de la santé les considère comme probablement cancérigènes. Un autre produit chimique, l’hydroxyanisole butylé (BHA), est inscrit par l’État de Californie comme produit chimique cancérigène dans de nombreux produits, comme une pizza au pepperoni congelée.

De nombreux autres produits chimiques alarmants se trouvent dans l’emballage des aliments eux-mêmes, comme le polypropylène, l’acide sulfurique et le bisphénol A.

 

À quel point devriez-vous vous en préoccuper ?

«Cela dépend vraiment du niveau de risque auquel les consommateurs sont exposés», a déclaré Dawn Undurraga, nutritionniste chez EWG et co-auteure de l’étude. «Plus on en apprend sur ce qu’il y a dans les aliments conventionnels, plus on a de raisons de s’inquiéter.»

Si vous consommez beaucoup d’aliments transformés, il est évident que votre niveau de risque augmente, mais ces produits chimiques sont certainement quelque chose dont il faut être conscient. Si vous ne pouvez pas le prononcer sur la liste des ingrédients, c’est probablement une bonne chose à éviter.

 

Le gouvernement devrait-il assumer une part de responsabilité ?

Certains consommateurs supposent simplement que les produits chimiques toxiques devraient être réglementés et empêchés légalement de se retrouver dans nos aliments. N’y a-t-il pas des organismes gouvernementaux qui ont notre santé et notre sécurité à l’esprit ? Malheureusement, lorsqu’il s’agit de réglementation des produits chimiques – non seulement dans nos aliments, mais aussi dans nos produits de santé et de beauté, ainsi que dans nos produits de nettoyage, ces produits chimiques ne sont tout simplement pas réglementés. Par exemple, l’Union européenne a interdit près de 1 300 produits chimiques dans les produits cosmétiques, contre seulement 11 aux États-Unis. Cela signifie que les fabricants peuvent utiliser tout ce qu’ils veulent, peu importe qu’il ait été soumis ou non à des tests de sécurité appropriés.

«Malheureusement, notre politique actuelle sur les additifs alimentaires a été rédigée en 1958 et a été entièrement cooptée par les entreprises alimentaires et chimiques», a déclaré M. Undurraga. Les additifs qui sont considérés comme « généralement reconnus comme sûrs », ou GRAS, par une entreprise alimentaire ou chimique ou une association commerciale sont exemptés du processus de demande d’additif alimentaire lorsque la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis examine l’innocuité de l’additif».

L’exemption GRAS a été initialement créée pour permettre l’utilisation de nombreux ingrédients qui sont déjà reconnus comme sûrs, comme le vinaigre. Malheureusement, avec les progrès rapides de la science alimentaire, cette disposition a été appliquée à des milliers de produits chimiques, dont beaucoup, nous ne connaissons même pas les effets à long terme. En 2017, le GTE s’est joint à d’autres groupes de santé et de sécurité publiques pour intenter une poursuite contre la FDA dans le but d’éliminer la lacune GRAS.

«Plutôt que de combler cette lacune, la FDA a plutôt permis aux entreprises d’aviser volontairement l’agence au sujet des produits chimiques alimentaires et de permettre aux entreprises de résumer les données scientifiques de l’industrie à l’appui de leurs conclusions», peut-on lire dans l’étude EWG. De nombreux scientifiques qui procèdent à l’examen de ces produits chimiques sont payés par l’industrie elle-même.

«Les consommateurs ne devraient pas avoir besoin d’être toxicologues pour pouvoir acheter à l’épicerie quelque chose qui ne contient pas d’ingrédients douteux ou dangereux», a dit Mme Undurraga.

Ce qui est vrai, mais un peu comme le «Projet sans OGM» – nous n’avons pas été en mesure d’adopter des projets de loi exigeant que les producteurs d’aliments étiquettent l’utilisation d’ingrédients génétiquement modifiés, alors le projet sans OGM a décidé de lancer un label, qui a été accordé à tous les produits qui, à coup sûr, ne contiennent aucun ingrédient génétiquement modifié. Cela à lui seul a forcé de nombreuses entreprises de production alimentaire à réévaluer les ingrédients qu’elles utilisaient et à les remplacer, à obtenir l’approbation de l’étiquette et à suivre l’évolution constante des demandes des consommateurs conscients.

 

Ne jamais sous-estimer le pouvoir du consommateur :

En sachant ce qu’il faut surveiller, en évitant les articles qui contiennent ces produits chimiques cancérigènes et en sensibilisant les gens à leur sujet en partageant de l’information comme celle-ci, ou simplement en le disant à vos amis et à votre famille, on obtient un impact énorme. De plus en plus de gens prendront conscience, sauront ce qu’il faut surveiller et éviteront ces produits. Cela obligera les producteurs d’aliments à omettre ces ingrédients ou à cesser leurs activités. Ils devront essentiellement évoluer ou mourir !

Acheter des produits biologiques chaque fois que c’est possible est le choix le plus sûr pour éviter les produits chimiques cancérigènes et aussi pour limiter ou réduire de façon drastique votre consommation d’aliments transformés. Oui, les produits biologiques coûtent plus cher, mais quelle est la valeur de votre santé pour vous ?

( Note ExoPortail : Des options comme «To good to go» peuvent être utiles pour réduire le coût )

Un peu de connaissance peut faire beaucoup !

Comme le gouvernement ne cherche pas à protéger nos intérêts, comme c’est souvent une question de profit, c’est à nous d’être des consommateurs informés et de prendre les décisions qui sont les meilleures pour nous et nos familles.

 

Source : https://www.collective-evolution.com/2019/11/24/2000-untested-chemicals-discovered-in-packaged-foods/ et https://www.ewg.org/research/packagedorganic/

Traduction : ExoPortail


Si l’article vous a plu, n’hésitez pas à vous abonner à nos Réseaux Sociaux / NewsLetter et à partager l’article. Et si vous vous sentez guidé, soutenir le site par un don ou par Tipeee. Merci beaucoup.

S'abonner à la Newsletter ExoPortail

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 2 010 autres abonnés

Partager l'article :

Donnez votre Avis :)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.